A l’issue du testage des mâles de trois ans qui s’est tenu pendant dix jours, trente-sept sujets ont été approuvés à la monte. Déjà très remarqué lors des épreuves qualificatives, Good Pleasure Semilly a été sacré vainqueur.

Organisé pour la première fois dans les installations de qualité du Pôle Hippique de Saint-Lô, le testage des trois ans s’est déroulé pendant dix jours sous la supervision de Francis Mas, Serge Cornut et Manuel Godin. Mercredi et hier matin, les cinquante mâles présents ont été évalués aux allures et au saut monté. A l’issue de ces deux journées, 37 mâles ont été approuvés, dont 8 avaient déjà été admis à deux ans.

Vingt d’entre eux ont reçu le label « Très Prometteur » alors que 17 ont été approuvés avec le label « Espoir ». Cornet Obolensky a été l’étalon le plus représenté avec pas moins de cinq fils admis. Trois produits de Contendro et deux de Diamant de Semilly, For Pleasure, Tobago Chevrier et Vagabond de la Pomme ont quant à eux reçu leur approbation.

En se basant sur les notes obtenues lors des épreuves qualificatives et de l’ensemble du testage, le titre de champion a été décerné à Good Pleasure Semilly (For Pleasure x Diamant de Semilly). D’un modèle moderne, avec une belle locomotion et de la force, il a fait l’unanimité auprès des juges et du public présent. Sa deuxième mère n’est autre que la célèbre Etoupe II, Championne de France des 6 ans avec Franck Schillewaert et très bonne gagnante internationale sous la selle de Julien Epaillard, ISO 161. Il provient de la lignée maternelle de la célèbre jument de base Son Altesse, à l’origine d’une kyrielle de grands performers internationaux.

Il devance Goubet d’Arvor (Baloubet du Rouet x Quidam de Revel), un cheval qui avait lui aussi fait forte impression lors de la qualificative de Saint-Lô et qui est devenu depuis propriété du Groupe France Elevage. Goubet provient de la même souche maternelle que les excellents étalons performers Quat’Sous ISO 178, Old Chap Tame ISO 175 et Narcos II ISO 166.

Malgré une qualité de locomotion douteuse lors de la dernière journée du testage, Gwenndu de Kergane (Capoutchi de Kergane x Grand Chef Bleus), top price des dernières ventes Fences et lui aussi propriété du GFE, est monté sur la troisième marche du podium. Sa souche basse a donné Quasi de Kergane ISO 159, Maeva de Kergane ISO 148 et le Champion des 5 ans du CIR de Saint-Lô Eothymm de Kergane.

Résultats complets 

Photo : Good Pleasure Semilly, Champion des mâles de trois ans à l’issue du testage - Webstallions

 

CSIW de Londres (Gbr) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI4*-W de Riyadh (Ksa) : Résultats en ligne

CSI3* de Francfort (Ger) : Résultats en ligne - Live Streaming

CSI2* de Kronenberg (Ned) : Résultats en ligne

CSI2* de Villeneuve-Loubet : Site Internet du concours

 

Quasi-imbattables cette saison, Martin Fuchs et Clooney 51 se sont offerts hier après-midi à domicile le Grand Prix de Genève. Vainqueur du Grand Prix avec Sanctos en 2014, Scott Brash est passé tout près de la victoire avec Senator. Le Belge Jérôme Guéry a terminé troisième en compagnie de Quel Homme de Hus.

A l’issue de deux épreuves qualificatives, quarante cavaliers ont obtenu leur place pour le Grand Prix de Genève, tracé par Gérard Lachat et Louis Konickx. Quatorze obstacles composaient hier après-midi ce parcours exigeant. La délicate palanque de sortie de triple, le vertical suivant placé après un demi-tour serré devant la porte, le gros oxer blanc numéro douze et le double numéro treize ont été les obstacles les plus difficiles à franchir par les couples. Après un parcours à un point de Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore (Toulon x Le Tot de Semilly), meilleure paire tricolore du jour, le prodige irlandais Michael Pender, tout juste âgé de 19 ans, a signé le premier sans-faute de l’épreuve en compagnie de Burnchurch (Heritage Fortunus x Cavalier Royale). Onze couples ont finalement décroché leur place pour le barrage, dont trois cavaliers irlandais, trois belges et trois suisses.

Ouvreur du barrage, Michael Pender a cette fois laissé deux barres à terre, alors que son compatriote a fait tomber le mur en compagnie de Vivaldi du Theil (Quaprice Bois Margot x For Pleasure). Associé au puissant Quel Homme de Hus (Quidam de Revel x Candillo), Jérôme Guéry a réalisé le premier double sans-faute dans un chronomètre rapide, profitant de la grande galopade de l’étalon. Le jeune cavalier suisse qui monte, Bryan Balsiger, a lui aussi réalisé un très beau double sans-faute avec Clouzot de Lassus (Ugano Sitte x Tenor Manciais) mais il est resté à près d’une seconde du Belge. Deuxième Suisse au départ, le numéro deux mondial a vécu un tour initial compliqué, où Clooney 51 (Cornet Obolensky x Ferragamo) ne semblait pas très coopératif. Au barrage, le couple a retrouvé tout son brillant et le cheval a parfaitement répondu aux prises de risques de son cavalier pour lui offrir la tête avec près de cinq dixièmes de mieux que Guéry. Le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli a achevé sa saison de belle manière avec Edgar M (Arezzo VDL x Marlon), offrant un superbe barrage qui lui a permis de prendre la 4ème place de l’épreuve. Derrière lui, le Belge Pieter Devos aurait bien pu s’offrir l’épreuve, tant il avait creusé l’écart avec Espoir (Surcouf de Revel x Laudanum ps), mais le Belge a fait chuter l’ultime obstacle. Chouchou du public genevois, Steve Guerdat a tenté sa chance avec Bianca (Balou du Rouet x Cardento) mais il est resté à une seconde de son compatriote (5ème). Jos Verlooy et Igor (Emerald x Nabab de Reve) ont eux aussi été époustouflants lors des deux parcours mais ne sont pas parvenus à approcher les meilleurs chronomètres.

Seuls deux paires restaient alors en lice pour la victoire. Scott Brash, qui revient au meilleur de sa forme depuis le début de la saison indoor, a réalisé un incroyable barrage avec Senator (Carambole x Indoctro). A cause d’une dernière ligne moins rapide, le Britannique est resté derrière le numéro deux mondial pour cinq petits centièmes.

Ultime barragiste avec Balou du Reventon (Cornet Obolensky x Continue), Darragh Kenny a laissé le deuxième obstacle à terre, offrant du même coup la victoire au Suisse Martin Fuchs devant un public survolté : « C’est ma première victoire dans un Grand Prix du Rolex Grand Slam. Ce sont les quatre meilleurs concours du monde et tout le monde veut y briller. Je n’avais pas eu trop de chance jusque là lors de ces étapes mais j’ai le sentiment que maintenant ça va changer ! Ici dans le passé, j’ai fait des erreurs dans le Grand Prix. Cette année j’avais beaucoup de confiance. J’ai fait deux petits tours pour donner confiance à Cloony et aujourd’hui il a été comme il est d’habitude, phénoménal ! Au premier tour, il était un peu fort et pas facile à monter, pas trop avec moi notamment sur le triple où j’ai eu un peu de chance. C’est déjà arrivé plusieurs fois par le passé qu’il ne soit pas très facile au premier tour mais à chaque fois au barrage il est plus concentré et plus souple alors cela ne m’a pas inquiété. Clooney va maintenant profiter d’une pause de deux mois. Je participerai ensuite à un concours deux étoiles pour le préparer pour le Grand Slam de Den Bosch. », confiait le vainqueur.

Vainqueur de ce Grand Prix en 2014 avec Sanctos, qui a fait ses adieux à la compétition la veille, Scott Brash est passé à un cheveu d’un nouveau succès : « J’ai vu le barrage de Jérôme et j’ai trouvé qu’il était déjà très rapide. Martin est ensuite allé encore plus vite et je savais que ce serait difficile. J’avais un plan et j’ai eu une très bonne première partie de barrage. Je n’ai pas eu l’abord que je souhaitais sur l’avant-dernier et j’ai dû faire une foulée de plus par rapport au plan que je m’étais fixé. Je pense que c’est là que j’ai perdu l’épreuve. », expliquait-il

Troisième de l’épreuve, Jérôme Guéry était tout sourire : « Je passais en début de barrage et je savais qu’il y avait des cavaliers très rapides derrière moi. Quel Homme n’est pas le cheval le plus rapide mais il a une grande action, ce qui me permet de gagner du temps en enlevant des foulées. C’est ce que j’ai fait aujourd’hui et je ne pense pas que j’aurais pu faire mieux au barrage en laissant toutes les barres sur les taquets. C’est mon premier podium dans un Grand Prix du Rolex Grand Slam et j’espère qu’il y en aura d’autres ! », racontait le Belge.

Résultats complets du Grand Prix

Photo : Martin Fuchs et Clooney 51, vainqueur du Grand Prix Rolex de Genève - Crédit photo : Claire Simler

 

Alors qu’il faisait partie des malheureux n’ayant pas obtenu leur qualification pour le Grand Prix, Rowan Willis s’est imposé hier soir dans le Crédit Suisse Challenge. Belle performance pour le Tricolore Roger-Yves Bost, 2ème avec Vladimir. De son côté, la jeune garde suisse s’est mise en évidence.

Dernier grand rendez-vous avant le Grand Prix dominical, le Crédit Suisse Challenge, une épreuve disputée au barème A au chronomètre, a offert du sport de haut vol ! L’oxer numéro trois aux couleurs de Rolex et le double de verticaux numéro 11 placé près du lac ont été les obstacles les plus fautifs.

Vingt-deuxième concurrent au départ, Rowan Willis l’a emporté avec la bouillonnante et respectueuse Blue Movie (Chacco Blue x Pilot) après avoir signé un parcours ultra-rapide, prenant notamment l’option courte devant le mur entre le vertical numéro deux et l’oxer numéro trois. Non qualifié pour le Grand Prix, l’Australien s’est offert une belle revanche. Il a devancé de près d’une seconde un Roger-Yves Bost des grands jours, auteur d’un parcours acrobatique avec Vladimir (Vivaldo Van Het Costerveld x Quick Star). Comme le gagnant, le Tricolore ne s’est malheureusement pas qualifié pour le Grand Prix, tout comme son compatriote Simon Delestre. Fait assez rare pour être signalé, la 3ème marche du podium a été partagée par deux couples : le Britannique Scott Brash, dont le crack Sanctos venait de faire ses adieux à la compétition, avait sellé pour cette épreuve Vincent ex Coquin de Coquerie Z (Consul Dl Vie Z x Fergar Mail), mais aussi l’ultime concurrent de l’épreuve, l’Allemand Daniel Deusser, associé à Cornet 39 (Cornet Obolensky x Caletto I). Gregory Wathelet, en selle sur Spike v. Withoeve (Sting van de Withoeve x Rival Z), a complété le top cinq d’une épreuve où onze couples ont signé un parcours sans-faute. Les jeunes Suisses se sont mis en évidence, à l’image d’Anthony Bourquard, 7ème avec Tum Play du Jouas (Querlybet Hero x Voltigeur du Bois), classé le week-end dernier dans le Grand Prix CSI5* de Paris avec Steve Guerdat, Marc Röthlisberger, 9ème avec Agatha d’Ecaussinnes (Schilling x Lys de Darmen), Flavien Auberson, 10ème en compagnie de Daniel III (Ultimo x Unistar) et enfin Aurelia Loser, 11ème avec l’expérimenté Tic Tac (Contact van de Heffinck x Fuego du Prelet). De bon augure pour l’avenir sportif de ce pays petit par la taille mais grand par la quantité de ses talents.

Résultats complets du Crédit Suisse Challenge 

Cet après-midi, la crème de la crème des cavaliers et chevaux va s’affronter pour tenter de s’adjuger le plus beau Grand Prix indoor de l’année. Rendez-vous à partir de 14 heures pour suivre l’épreuve.

Photo : Rowan Willis et Blue Movie, vainqueurs du Crédit Suisse Challenge – Crédit photo : Claire Simler

 

Numéro un mondial, Steve Guerdat a confirmé sa suprématie en remportant cet après-midi la Coupe de Genève. Son compatriote Martin Fuchs, numéro deux mondial, a pris la deuxième place, devançant l’Allemand Marcus Ehning.

Dernière épreuve qualificative pour le Grand Prix dominical, la Coupe de Genève, traditionnelle épreuve des combinaisons, disputée sur des cotes à 1,55m, revêtait une importance particulière pour les treize cavaliers en quête d’une place pour le Grand Prix Rolex. Seules cinq places étaient distribuées pour l’épreuve majeure du week-end. Si quinze des trente-six couples au départ se sont sortis des cinq combinaisons successives, dont le quadruple numéro cinq, seuls cinq non qualifiés ont réalisé le sans-faute, décrochant du même coup leur place pour le Grand Prix. En selle sur les chevaux qu’ils monteront demain, Harry Charles, en selle sur Bambina (Cassini I x Carvallo) et Gregory Wathelet, associé à Nevados S (Calvados Z x Romualdo), ont préféré renoncer au barrage pour conserver de la fraîcheur.

L’ouvreur Eric Lamaze (4ème), en selle sur sa nouvelle promesse Idalville d’Esprit (Carabas v. d. Wateringhoeve x Nabab de Reve) avait réalisé d’entrée un bon barrage, mais son chronomètre a immédiatement été atomisé par un Steve Guerdat survolté en compagnie du puissant Venard de Cerisy (Open Up Semilly x Djalisco du Guet). Le numéro un mondial a plié l’épreuve et il ne restait dès lors plus aux cavaliers qu’à se battre pour les accessits. Son compatriote Martin Fuchs, numéro deux mondial, s’est bien défendu et a empoché la deuxième place, à près d’une seconde du vainqueur, en compagnie de Silver Shine (Califax x Balou du Rouet). Marcus Ehning est monté sur la troisième marche du podium en compagnie de l’étalon A la Carte (Abke x Lux). Six paires ont réalisé un double sans-faute. Pénélope Leprévost, 5ème avec l’étalon Excalibur Dela Tour Vidal (Ugano Sitte x Ogano Sitte) et Beat Mändli, 6ème en compagnie de Dsarie (Veron x Ahorn), ont tout deux privilégié la prudence au barrage. Auteurs des barrages les plus rapides à 4 points, Mark McAuley, en selle sur Miebello (Quite Easy x Cardento), et Jos Verlooy, qui montait Caracas (Casall x Colman), ont complété le top huit.

Résultats complets de la Coupe de Genève 

Photo : Steve Guerdat et Venard de Cerisy, vainqueurs de la Coupe de Genève – Crédit photo : Claire Simler

 

Vainqueur en 2015 avec Voyeur, Kent Farrington a remporté à Genève son deuxième Top Ten en compagnie d’Austria 2, une jument quasi-inconnue du grand public. Pour sa première participation à cette épreuve, l’Irlandais Darragh Kenny a terminé deuxième, devançant un habitué, l’Allemand Christian Ahlmann.

Comme chaque année, le Top Ten, qui voit s’affronter les dix meilleurs cavaliers du monde au classement mondial, a tenu toutes ses promesses vendredi soir. Les Américains Beezie Madden et McLain Ward ayant décidé de ne pas faire le déplacement, ils ont été remplacés par leur compatriote Kent Farrington et le Suédois Henrik von Eckermann. Ce dernier a d’ailleurs ouvert l’épreuve avec Mary Lou (Montendro x Portland L). Le couple semblait bien parti pour réaliser un parcours sans-faute mais un refus sur l’oxer numéro dix lui a ôté toute chance de victoire. L’Américain a été plus heureux, s’offrant le premier sans-faute de la première manche en compagnie d’Austria 2 (Casall x Corrado I). Seuls deux autres cavaliers ont réussi la même performance : l’Irlandais Darragh Kenny, qui disputait le premier Top Ten de sa carrière avec Romeo 88 (Contact van de Heffinck x Orlando) et le numéro un mondial Steve Guerdat, associé à Alamo (Ukato x Equador). De son côté, Christian Ahlmann a récité sa leçon de manière quasi-parfaite avec Clintrexo Z (Clintissimo Z x Rex Z), malheureusement entachée d’un point de temps dépassé. Les principales contre-performances ont été à mettre à l’actif de Pieter Devos, auteur de trois fautes dans les combinaisons avec Espoir (Surcouf de Revel x Laudanum ps) et Peder Fredricson, dont le crack All In (Kashmir Van Schuttershof x Andiamo), qui a trébuché après le numéro deux, obligeant son cavalier à faire une volte, ne semblait pas au meilleur de sa forme sur la suite du parcours. Son cavalier a d’ailleurs préféré jeter l’éponge après cette manche, tout comme Henrik Von Eckermann et Mary Lou.

Seules huit paires se sont élancées dans la deuxième manche où le chronomètre devait déterminer le vainqueur final. Moins délicate que la première partie d’épreuve, elle a vu pas moins de six couples signer un sans-faute. Pieter Devos s’est bien rattrapé avec un beau parcours, tout comme le Britannique Ben Maher, qui avait sellé pour l’occasion F One Usa (Toulon x Tangelo van de Zuuthoeve). Daniel Deusser a réalisé un superbe barrage avec la prometteuse Killer Queen VDM (Eldorado van de Zeshoek x For Pleasure), et pouvait espérer gagner quelques places après sa faute sur l’entrée du double en première manche. Plus rapide avec Silver Shine (Califax x Balou du Rouet), Martin Fuchs s’est fait piéger sur cette maudite entrée de double et a reculé au classement.

Partant avec un point de pénalité, Christian Ahlmann (3ème) a adopté la stratégie d’assurer un nouveau sans-faute et y est parvenu, malgré un passage de l’entrée de double quelque peu chanceux : « Je suis content du cheval qui a fait un super job. Au premier tour j’ai regardé le parcours de Kent qui est rentré facilement dans le temps et j’ai pensé que ça irait pour moi mais cela n’a pas été le cas. En deuxième manche, je n’ai pas couru et j’ai essayé de rester sans-faute. J’ai été un peu chanceux mais ma stratégie a fonctionné et j’ai eu la chance de rester sur le podium à la fin. », racontait l’Allemand.

Auteur de l’un des trois sans-faute de la première manche et tenant du titre, Steve Guerdat a tout tenté avec Alamo mais il a commis une faute sur l’entrée du double Rolex : « Mon cheval a très bien sauté en première manche et cela n’a rien changé pour moi d’être le premier sans-faute à repartir en deuxième manche. Je n’ai pas eu le début de barrage que j’espérais et j’ai décidé d’enlever une foulée sur le double pour rattraper le temps que j’avais perdu entre les deux verticaux mais aujourd’hui ça n’a pas fonctionné. », expliquait-il.

Derrière lui, Darragh Kenny a joué sa chance avec Romeo 88 et a réalisé un superbe double sans-faute, l’assurant au pire de la 2ème place de l’épreuve pour sa première participation au Top Ten : « C’est une épreuve fantastique ! J’ai regardé pendant des années cette épreuve qui regroupe les meilleurs cavaliers du monde qui se surpassent ! Le public est formidable et je suis ravi de ma performance », racontait l’Irlandais.

Il ne restait alors qu’un cavalier pour lui chiper la victoire, mais non des moindres puisqu’il s’agissait probablement du cavalier le plus rapide du circuit, l’Américain  Kent Farrington. Alors qu’elle disputait la plus grosse épreuve de sa carrière, sa jument Austria 2 a parfaitement répondu à ses demandes, permettant au couple de s’adjuger l’épreuve avec près de deux secondes d’avance sur son dauphin : « C’était une épreuve incroyable, qui montre le meilleur de notre sport. Selon moi le tour était gros et massif, ce qui explique pourquoi il y a eu peu de parcours sans-faute. Je sais que Darragh est un cavalier rapide et j’ai dû donner le meilleur de moi-même pour gagner. Comme je suis assez petit, quand des propriétaires ont des petits chevaux, j’ai la chance qu’ils pensent souvent à moi. Les chevaux plus petits sont des athlètes agiles qui ont souvent une vitesse au sol plus grande qui les aide, notamment en indoor. Austria 2 appartient à mes voisins en Floride. Je la voyais régulièrement et je leur ai demandé de la monter l’an dernier à la période de Noël. Finalement j’ai récupéré la jument en avril et aujourd’hui elle participait à la plus grosse épreuve qu’elle n’ait jamais sauté de sa vie. », confiait le vainqueur.

Résultats complets du Top Ten 

Aujourd’hui, les cinq dernières places qualificatives pour le Grand Prix seront attribuées dans la Coupe de Genève, traditionnelle épreuve de combinaisons, qui débutera à 12h45.

Photo : le podium du Top Ten. De gauche à droite : Darragh Kenny, 2ème, Kent Farrington, vainqueur et Christian Ahlmann, 3ème – Crédit photo : Claire Simler