Déjà vainqueur du Grand Prix de Valkenswaard il y a quelques semaines, Ben Maher a ajouté une nouvelle victoire 5* à son palmarès en s’imposant à Paris avec Ginger-Blue. Sameh El Dahan et la jeune britannique Jodie Hall McAteer ont complété le podium.

35 couples se sont qualifiés pour le Grand Prix plus tôt dans la journée dans une épreuve remportée par Edward Levy et Rebeca LS (Rebozo La Silla x Cassini I). Pour l’épreuve majeure du week-end, Grégory Bodo a choisi de proposer un parcours délicat avec un temps accordé extrêmement serré qui a poussé de nombreux couples à la faute.

Vainqueurs de la Global Champions League, Dani G. Waldman et Olivier Robert sont passés tout près d’un nouvel exploit mais la première a dû faire face à une dérobade de Queensland E (Quickfire de Ferann x Socrate de Chivre) sur l’ultime obstacle alors que le deuxième a commis une lourde faute sur le dernier avec son fidèle Vivaldi des Meneaux (Chippendale Z x Bamako).

De leur côté, l’Irlandais Denis Lynch, en selle sur Cristello (Numero Uno x Voltaire), et le Portugais Rodrigo Giesteira Almeida, associé à GB Celine (Cardento x Concorde), ont été parfaits sur la piste mais pénalisés par le chronomètre.

Auteur du parcours le plus rapide à 4 points, Edward Levy a de nouveau signé la meilleure performance tricolore en s’adjugeant la 6ème place de l’épreuve avec Rebeca LS.

Seules trois paires ont décroché leur place pour la joute au chronomètre, deux Britanniques et un Egyptien.

Premier à s’élancer, Ben Maher, vainqueur à Valkenswaard avec son crack Explosion W, avait cette fois sellé la prometteuse Ginger-Blue (Plot Blue x Royal Bravour). Sans mettre sa jument dans le rouge, le cavalier britannique a signé un sans-faute rapide qui a poussé ses adversaires à la faute.

Sa compatriote Jodie Hall McAteer, tout juste âgée de 21 ans, a été pénalisée d’une dérobade et d’une faute sur le dernier de son excellent Salt’N Peppa (Stolzenberg x Escudo 19). De son côté, Samel El Dahan, vainqueur en 2017, a tout tenté avec WKD Aimez Moi (Je T’Aime Flamenco) mais a malheureusement fait chuter l’avant-dernier, laissant la victoire à Maher malgré un chronomètre plus rapide : « Je suis évidemment un tout petit peu déçu car mon chrono était meilleur, expliquait-il. Mais je me suis un peu bloqué dans un virage et ça a amené ma faute. Au final, je reste très très heureux de cette 2ème place. ». Le cavalier égyptien repart avec un lot de consolation puisqu’il décroche sa place pour le Super Grand Prix qui aura lieu à Prague à la fin de la saison.

De son côté, Ben Maher s’avouait très satisfait : « C’était une incroyable journée, j’ai eu un super sentiment et j’ai été ravi de pouvoir à nouveau profiter du public. Ginger-Blue a dix ans et manque encore un peu d’expérience à ce niveau pour son âge. Elle a déjà couru plusieurs Grands Prix, nous commettions souvent une petite faute mais aujourd’hui c’était son jour. La jument s’est bien battue pour moi au premier tour. C’est une jument naturellement rapide et j’ai fait le meilleur barrage possible sans prendre tous les risques pour mettre la pression sur mes adversaires. », confiait-il.

Résultats complets de l’épreuve

Au classement général du circuit, si Peder Fredricson, absent à Paris, conserve la tête, Ben Maher se hisse à la deuxième place provisoire, juste devant Edwina Tops-Alexander. La prochaine étape se disputera à Monaco la semaine prochaine.

Classement général du circuit après 6 étapes

Photo : Ben Maher et Ginger-Blue, vainqueurs du Grand Prix CSI5* de Paris – Crédit photo : LGCT

Après un an d’absence pour cause de crise sanitaire, le CSI5* de Paris a fait son grand retour. Déplacé de quelques centaines de mètres, l’évènement se trouve au plus près de la Tour Eiffel.

Pour la première journée de compétition, 47 couples ont pris le départ de l’épreuve majeure, le prix Hubside Store (1,55m). S’il n’y a pas eu de véritable juge de paix sur ce parcours disputé au chronomètre, l’entrée du double de verticaux numéro 6, la sortie du double Longines numéro 9, l’oxer blanc numéro 10 ou encore l’oxer d’entrée de double numéro 12 ont été les obstacles les plus fautifs.

Si Christian Ahlmann avait offert un très beau parcours plein de maîtrise avec l’énergique Solid Gold Z (Stakkato Gold x Calvin Z), il aura fallu attendre le passage des cavaliers individuels pour voir les parcours les plus rapides. Au jeu du chronomètre, le Tricolore Edward Lévy s’est distingué. Associé à l’excellent Uno de Cerisy (Open Up Semilly x Siego), il a devancé de 14 petits centièmes son compatriote Simon Delestre, en selle sur l’inusable Chesall (Casall x Concerto II). Parti en toute fin d’épreuve, Denis Lynch a terminé au pied du podium avec Chopin’s Bushi (Contendro II x Nairobi), juste devant un ancien vainqueur du Grand Prix, Sameh El Dahan, associé à WKD Aimez Moi (Je T’Aime Flamenco). Brillant depuis le début de la saison extérieure avec Legend (Ogano Sitte x Nabab de Rêve), Eduardo Alvarez Aznar s’est classé 6ème. A noter les belles performances des jeunes britanniques Jodie Hall McAteer et James Wilson, respectivement 7 et 8èmes en compagnie de Salt’n Peppa (Stolzenberg x Escudo) et L’Amour (Lordanos x Acorado). Au total 16 couples ont réalisé un parcours sans-faute alors qu’un a écopé d’un point de temps dépassé.

Rendez-vous cet après-midi à 15h45 pour la suite des hostilités avec l’épreuve qualificative pour le Grand Prix qui permettra aux 35 meilleurs cavaliers d’obtenir leur ticket pour l’épreuve phare du week-end.

Résultats complets de l’épreuve
 

Photo : Edward Levy et Uno de Cerisy, vainqueurs du prix Hubside Store - Crédit photo : Jessica Rodrigues

CSI5* de Knokke (Bel) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI5* de Paris Eiffel : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Traverse City (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Bonheiden (Bel) : Résultats en ligne

CSI2* de Royan : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de San Giovanni in Marignano (Ita) : Résultats en ligne

CSI2* de Santander (Esp) : Résultats en ligneLive Streaming

CSIO Y, J, Ch de Gorla Minore (Ita) : Résultats en ligneLive Streaming

Grand National de Cluny : Résultats en ligneLive Streaming

CSIO de Sopot (Pol) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI5* de Saint-Tropez : Résultats en ligneLive Streaming

CSI5* de Stockholm (Swe) : Résultats en ligneLive Streaming

CSIO3*-W de Bojourishte (Bul) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Lexington (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2*-W de Moscou (Rus) : Site Internet du concours

CSI2*-W d’Olomouc (Cze) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Barcelone (Esp) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Bonheiden (Bel) : Résultats en ligne

CSI2* de Fontainebleau : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Kronenberg (Ned) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de San Giovanni in Marignano (Ita) : Résultats en ligne

CSI2* de San Remo (Ita) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Traverse City (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Vidauban : Résultats en ligneLive Streaming

Brillant dans toutes les épreuves auxquelles il a pris part le week-end dernier, Nicolas Delmotte a eu la joie de remporter le Grand Prix CSIO de La Baule, hier après-midi. Laurent Goffinet et Martin Fuchs ont complété le podium.

Nous n’aurons vu que lui tout au long du week-end ! Nicolas Delmotte a achevé dimanche un concours de rêve avec en apothéose une superbe victoire dans le Grand Prix avec un Urvoso du Roch (Nervoso x Grand d’Escla) qui ne cesse d’évoluer et sera probablement un pilier de l’équipe de France aux Jeux Olympiques de Tokyo. Parti avec le dossard numéro deux, le couple tricolore a signé un magnifique parcours sans-faute, l’un des six de l’épreuve. Ouvreuse du barrage, la paire a réédité son exploit et mis la pression sur ses poursuivants qui n’ont pas réussi à lui chiper la victoire.

« J’ai encore du mal à réaliser mais je suis vraiment heureux de gagner à La Baule devant le public français. Je suis très content pour ma propriétaire qui me fait confiance depuis des années et a accepté que le cheval aille aux Jeux Olympiques. Depuis le début du concours Urvoso saute bien, il avait déjà fait deux bons parcours dans la Coupe des Nations. Je sens qu’il a énormément progressé depuis quelques concours, il a passé un cap. Auparavant je devais lui demander les sauts, notamment dans les combinaisons, car il sautait trop fort dans son style particulier. Maintenant il saute avec beaucoup plus de facilité, il a mûri.

Quand je suis parti au barrage, j’ai essayé d’aller assez vite. J’ai fait un bon départ mais après le double j’aurais pu faire sept foulées au lieu de huit mais comme il se décale un peu à droite j’ai préféré assurer. Je me suis également un peu écarté du bidet. Je n’ai pas fait le barrage le plus rapide mais j’ai mis la pression sur les autres et ceux qui étaient plus rapides que moi ont fait des fautes, j’ai eu de la chance. Urvoso va être tranquille pendant deux week-ends et nous verrons ensuite quel programme nous adopterons. », confiait le vainqueur.

Déjà 2ème du Grand Prix CSI4* de Bourg-en-Bresse et du Grand Prix du Grand National de Canteleu ces dernières semaines, Laurent Goffinet a de nouveau terminé à un cheveu de la victoire avec l’étalon Atome des Etisses (Mylord Carthago x Quidam de Revel), fils de l’exceptionnelle Eve des Etisses : « On va finir par m’appeler Poulidor, je n’arrête pas d’être 2ème, mais je veux bien être 2ème de tous ces Grands Prix. Je suis ravi, c’est le deuxième Grand Prix CSI5* du cheval, il monte vraiment en puissance. On est en train de récolter ce qu’on a semé depuis des années. Je le sentais vraiment bien jeudi et, en discussion avec Thierry Pomel, nous avons décidé de le laisser au repos jusqu’à dimanche et cela a été judicieux. Il n’était pas du tout à l’effort. Au barrage, j’ai gagné du temps en prenant l’option à l’intérieur du double mais j’ai perdu du temps sur le vertical suivant en sautant vers la droite, c’est ce qui m’a coûté la victoire. Nous allons continuer à faire monter le cheval en puissance et si Thierry pense que le cheval est prêt à 100% pour les Championnats d’Europe, nous irons. », expliquait le cavalier français.

De son côté, Martin Fuchs, vainqueur de la Coupe des Nations et 3ème du Derby, achevait son week-end par une belle 3ème place dans le Grand Prix en compagnie du 9 ans Leonie Jei (Baltic VDL x Corland). Plus rapide que le vainqueur, le Suisse a commis une faute sur l’avant-dernier obstacle du barrage : « J’ai passé un super week-end ici. Je suis venu avec deux jeunes chevaux qui ont été très performants, c’est formidable. Le chef de piste a fait du très bon travail. Il y a eu six parcours sans-faute ce qui est peu mais quand même vingt-trois entre un et cinq points ce qui montre que le parcours était bien construit. Ce n’était pas trop dur mais il y a eu plein de petites fautes. », racontait le Suisse.

Bertram Allen, vainqueur du Grand Prix de La Baule en 2015, a bien failli doubler la mise, cette fois avec Harley Vd Bisschop (Dulf van den Bisschop x Coronado), mais il a fait chuter l’ultime obstacle et a reculé à la 4ème place de l’épreuve.

Invités surprises, l’Egyptien Mouda Zeyada, associé à Galanthos SHK (Arthos R x Cantos), et Filippo Bologni, en selle sur Quilazio (Quidam de Revel x Calato), ont essuyé une faute au barrage et ont achevé le Grand Prix avec respectivement la 5ème et la 6ème place de l’épreuve, alors que de leur côté, Harrie Smolders/Bingo du Parc (Mylord Carthago x Diamant de Semilly) et Marc Houtzager/Calimero (Quidam de Revel x Libero) ont été pénalisés d’un point de temps dépassé et ont conclu le top huit.

Dans ce parcours délicat, la plupart des fautes sont arrivées sur la ligne rivière-vertical qui a fait des ravages, de même que le triple vertical-oxer-vertical numéro 12.

Très déçu à l’issue de la Coupe des Nations, Thierry Pomel pouvait cette fois se montrer satisfait de ses troupes : « Cette édition 2021 était extraordinaire, je n’ai entendu que des compliments sur le concours. Vendredi, c’était la panne d’essence et aujourd’hui Nicolas et Laurent ont été le carburant qui me fait avancer. Il ne faut pas s’arrêter sur une défaite et aujourd’hui nous avons eu deux superbes parcours de Nicolas. Je ne doutais pas de Laurent qui est froid avec de l’expérience et qui monte bien. Tous deux ont fait de l’orfèvrerie aujourd’hui. On a vu globalement de bonnes prestations des cavaliers français et tous les couples en lesquels je croyais ont été à la hauteur. On a d’autres couples en préparation. Il faut trouver un 4ème pour les Jeux Olympiques et éventuellement un 5ème et un 6ème et préparer les Championnats d’Europe qui auront lieu en septembre. Nous avons la chance de ne pas avoir la pression de nous qualifier pour les prochains Jeux Olympiques mais il faut commencer à préparer de nouveaux couples. », expliquait le chef d’équipe français.

Cette nouvelle édition a tenu toutes ses promesses avec du beau sport et du suspense. Si la nouvelle date a semblé ravir les cavaliers, le CSIO devrait reprendre sa date habituelle du mois de mai l’an prochain.

Résultats complets du Grand Prix

Photo : Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch, vainqueurs du Grand Prix CSIO de La Baule -  Webstallions

Seule sans-faute lors du Derby Région des Pays de la Loire, la Britannique Holly Smith a ajouté une belle ligne à son palmarès. Nicolas Delmotte et Martin Fuchs ont complété le podium.

Seuls treize couples se sont élancés hier en début d’après-midi dans le traditionnel derby. Un chiffre en baisse que le président du concours Pierre de Brissac regrettait : « Le Derby fait partie de l’âme de La Baule. Je suis déçu de ne pas avoir eu plus d’engagés aujourd’hui parce que c’est une épreuve que j’aime beaucoup. Je trouve naturel de faire sauter des obstacles naturels aux chevaux et c’est une épreuve « bon enfant ». Je vais essayer de continuer à pousser cette épreuve que je trouve très belle. », expliquait-il.

Unique couple sans-faute, la paire britannique Holly Smith/Fruselli (Zambesi x Karandasj) s’est adjugée l’épreuve :

« J’ai déjà monté plusieurs Derbys dans ma carrière et j’avais d’ailleurs été 2ème du Derby d’Hickstead. C’était le premier Derby de Fruselli. Je pensais qu’il allait faire une belle prestation mais pas qu’il allait gagner, je suis ravie. La rivière a causé beaucoup de fautes aujourd’hui, moi-même je ne l’ai pas très bien monté mais mon cheval a bien réagi. Il ne fallait pas partir trop vite dans cette épreuve au risque que le cheval n’ait plus trop d’énergie à la fin du parcours.Après mon passage, je pensais que je ne serais pas assez rapide pour gagner mais finalement cela a suffi.Je suis venue à La Baule avec pour objectif de bien figurer dans la Coupe des Nations et quand j’ai vu qu’il y avait un Derby je me suis dit que j’allais essayer de bien le faire. Mon cheval est un très bon cheval de vitesse et à la maison il est habitué à sauter des obstacles naturels. Je suis rentrée de Saint-Gall, je l’ai entraîné lundi puis je suis venue en camion. C’était un long voyage mais ça valait le coup ! », confiait-elle.

Brillant depuis le début du week-end, Nicolas Delmotte est passé tout près de l’exploit avec Citadin du Chatellier (L’Arc de Triomphe x Diamant de Semilly) mais il a malheureusement commis une faute sur l’ultime obstacle du parcours : « Cette faute est rageante mais elle n’aurait rien changé au classement. Je suis très content de mon cheval dont c’était le premier Derby. Je trouve que c’est bien de faire ce genre d’épreuves pour l’évolution d’un cheval. Le Derby de La Baule est un peu moins fort qu’il y a quelques années. C’est une épreuve très formatrice pour les chevaux. On ne leur fait ni mal ni peur et sauter des obstacles naturels leur fait beaucoup de bien. On ne saute plus assez d’obstacles naturels avec nos jeunes chevaux alors que c’est un bon exercice. », racontait le cavalier tricolore.

Lui aussi auteur d’un beau parcours, Martin Fuchs a pris la 3ème place avec Tam Tam du Valon (Ogrion des Champs x Quidam de Revel), terminant à seulement un centième du Français.

Résultats complets du Derby

Plus tard dans l’après-midi, quarante-neuf couples se sont disputés la victoire dans le Prix Atlantia (1,50m avec barrage), dernière épreuve qualificative pour le Grand Prix. Le délicat double de verticaux numéro 10 avec une entrée sur bidet mais aussi l’ultime oxer ont été les obstacles les plus fautifs. Seules six paires ont décroché leur place au barrage, dont trois pour la France.

Au jeu de la vitesse, le double sans-faute le plus rapide a été signé par Pedro Junqueira Muylaert, gagnant du Grand Prix en 2017 et cette fois associé à Pembroke 3 (Perigueux x Quick Star). Il a devancé la Suédoise Angelica Augustsson  Zanotelli, en selle sur Nintender Star (Nintender x Star Kingdom) et l’Espagnol Alberto Galobardes Marquez, associé à Ucello Massuere (Cassini II x Galoubet A). Meilleur Tricolore, Simon Delestre s’est classé 4ème avec Filou Carlo (Coronas x For Pleasure).

Résultats complets du Prix Atlantia

Cet après-midi, rendez-vous à 13h pour le Grand Prix qui promet du grand spectacle.

Photo : Le podium du Derby : Holly Smith, Nicolas Delmotte et Martin Fuchs - Webstallions