Comme en 2018 où il l’avait emporté avec Mr President, Scott Brash s’est à nouveau offert les Equita Masters. Il a devancé d’un cheveu Daniel Deusser, plus en réussite que la veille, alors que Marc Houtzager a pris la 3ème place.

Deuxième temps fort du week-end après le Longines Grand Prix, les Equita Masters ont tenu en haleine le public lyonnais samedi soir. A l’issue de la première manche, les dix meilleurs couples ont été invités à se disputer la victoire. Huit d’entre eux avaient réussi un parcours sans-faute alors que les deux autres avaient été pénalisés d’un point de temps dépassé.

Ouvreur de cette deuxième manche, Christian Ahlmann est cette fois resté dans le temps imparti avec Ailina (Chico’s Boy x Cowondo W). Malgré son handicap chronométrique de la première manche, Martin Fuchs a joué le jeu, abaissant de près de deux secondes le chronomètre de l’Allemand avec Silver Shine (Califax x Balou du Rouet). Après un parcours à quatre points de Pieter Devos et Jade v. Bisschop (Ogano Sitte x Grannus), Mark McAuley a signé le premier double sans-faute en compagnie de Miebello (Quite Easy x Cardento), mais il a rapidement dû s’avouer vaincu face à Marc Houtzager qui était associé pour l’occasion à Dante (Canturano x Phin Phin). Bryan Balsiger, vainqueur il y a quelques semaines de l’étape Coupe du Monde d’Oslo, a impressionné avec la véloce Dubai du Bois Pinchet (Kashmir van Schuttershof x Andiamo). Plus rapide que son adversaire, le Suisse a été pénalisé sur le vertical final, tout comme l’Italien Lorenzo de Luca, qui montait Dinky Toy v. Kranenburg (Ugano Sitte x Kimball).

Malheureux la veille au barrage du Longines Grand Prix, Daniel Deusser comptait bien prendre sa revanche. Associé à l’excellente Jasmien V. Bisschop (Larino x Chin Chin) il a coupé au plus court et s’est emparé du leadership en 41’09, prenant une belle option sur la victoire. Mais c’était sans compter sur Scott Brash. Associé à Shelby (Stolzenberg x For Pleasure), le vainqueur des Masters en 2018 a pris tous les risques et à l’arrivée s’est adjugé la tête de l’épreuve pour sept petits centièmes !

Dernière prétendante à la victoire et seule Française qualifiée pour la deuxième manche, Pénélope Leprévost a coupé plus large que le Britannique mais elle a malheureusement commis une faute sur l’ultime obstacle en compagnie de Varennes du Breuil (Jarnac x Fetiche du Pas).

Scott Brash ajoutait une nouvelle ligne de prestige à son palmarès déjà très fourni : « C’est une épreuve fantastique. Nous ne sommes que vingt dans cette épreuve puisqu’il faut se qualifier donc c’est déjà dur d’y être. Le public était incroyable ce soir ! Il suit vraiment bien cette épreuve et est très enthousiaste.

Je pense que le format des deux manches est plus juste que celui du winning round. Je trouve que ce n’est pas juste quand quelqu’un fait une faute et gagne l’épreuve par rapport à quelqu’un qui est sans-faute à deux reprises.

J’ai trouvé que le barrage de Shelby était très bon, je suis ravi du cheval. J’ai vu Daniel et j’ai pensé qu’il serait très difficile à battre mais heureusement le chronomètre a été de notre côté.

Je trouve que le barrage était bien, il testait vraiment la montabilité du cheval. Il y avait un virage court sur un oxer, un virage court sur un vertical, une grande galopade sur le dernier…

C’était très serré avec Daniel et je pense avoir pris un petit peu de temps tout au long du parcours. J’ai déjà vu une distance en avant du un au deux et pour le reste j’ai essayé de rester le plus fluide possible en tournant le plus court possible et heureusement ça a payé. Je monte Shelby depuis qu’il a sept ans. Il a été très bien formé par Emma Stoker qui a fait un super travail avec lui. Il est vraiment agréable à monter. Il a une très bonne attitude, il est vraiment simple à monter et il se laisse bien faire, il est avec le cavalier ce qui rend ma vie plus facile.

Je suis vraiment content de mon piquet de chevaux qui est fantastique. Les dernières années ils manquaient un peu d’expérience et je savais que j’aurais une période de transition. Avec la retraite de quelques top chevaux d’expérience, il faut travailler de nouveau sur les plus jeunes générations et il faut du temps pour les construire. Je pense que maintenant ils sont tous prêts pour sauter et gagner une épreuve de ce niveau et c’est un sentiment agréable. Il faut vraiment accepter dans sa tête qu’il faut avoir de la patience avec les jeunes chevaux quand ils vont faire des fautes dans les Grands Prix. Il faut qu’ils sautent ces Grands Prix pendant un an en faisant des fautes pour prendre de l’expérience et il faut l’accepter. J’ai eu une période avec tous les jeunes chevaux ensemble sans chevaux d’expérience quand M’Lady a été arrêtée. Il faut accepter à se moment-là, de reculer au classement mondial et essayer de revenir plus fort. C’est très difficile à accepter mais j’aime former des chevaux et les voir apprendre. Bien sûr j’ai reculé pendant quelque temps au classement mondial mais je pense que maintenant je suis sur le bon chemin. », confiait le vainqueur, qui s’élancera cet après-midi dans le Grand Prix Coupe du Monde avec M’Lady.

Résultats complets de l’épreuve 

Photo : Scott Brash et Shelby, vainqueurs des Equita Masters au CSIW de Lyon – Crédit photo : PSV J.Morel

 

Impériaux lors de leurs deux parcours, Kevin Staut et la puissante Urhelia Lutterbach ont enflammé Equita’Lyon et se sont adjugés hier soir le Longines Grand Prix, devant Alexis Deroubaix et Timon d’Aure, solides 2èmes. Le Champion d’Europe en titre Martin Fuchs a complété le podium.

Le public lyonnais a passé une belle soirée à Lyon ! Et pour cause, les Tricolores engagés dans le Longines Grand Prix ont brillé devant leur public. Sur un parcours à 1,60m tracé par Grégory Bodo et qualificatif à la fois pour les Equita Masters et le Grand Prix Coupe du Monde, quatre d’entre eux ont gagné leur place pour le barrage. Un barrage qui comptait pas moins de seize concurrents alors que sept autres paires ne parvenaient pas à s’inviter pour la lutte finale à cause d’un point de temps dépassé.

Au barrage, Pieter Devos a d’emblée mis la pression à ses adversaires grâce à un sans-faute rapide en compagnie de Jade v. Bisschop (Ogano Sitte x Grannus). Plusieurs couples se sont cassés les dents sur ce barrage sélectif, à l’image Daniel Deusser et Tobago Z (Tangelo van de Zuuthoeve x Mr Blue), victimes d’une grosse incompréhension à l’origine d’une faute impressionnante sur l’oxer sur bidet. Aux rênes de l’excellente Evita SG Z (Verdi x Codexco), Emilio Bicocchi a été tout près de ravir la tête au Belge, alors que le Champion d’Europe Martin Fuchs s’est emparé de la pole position pour vingt-quatre centièmes de mieux en compagnie de Silver Shine (Califax x Balou du Rouet). Un leadership de courte durée puisqu’il a été immédiatement dépassé par Alexis Deroubaix, en selle sur un Timon d’Aure (Mylord Carthago x Drakkar des Hutins) en grande forme qui lui a ravi la tête pour un peu plus d’une demi-seconde. Marc Houtzager semblait bien parti pour le devancer mais il a été fautif sur l’ultime obstacle en compagnie de Calimero (Quidam de Revel x Libero H). Meilleur Tricolore au classement mondial, Kevin Staut a pris tous les risques avec la surpuissante Urhelia Lutterbach (Helios de la Cour II x Emilion). Un choix payant puisque le couple s’est emparé du leadership avec sept dixièmes d’avance sur son dauphin. Derrière lui, Steve Guerdat a tout tenté en compagnie de Venard de Cerisy (Open Up Semilly x Djalisco du Guet) et aurait très probablement été plus rapide que le Français mais une barre sur l’ancienne entrée de double 12b lui a coûté la victoire. Dernier à s’élancer, Marcus Ehning a laissé deux barres à terre avec l’étalon A la Carte (Abke x Lux). Les deux autres Tricolores au barrage, Félicie Bertrand, associée à la bondissante Sultane des Ibis (Quidam de Revel x Elan de la Cour) et Pénélope Leprévost, en selle sur le très régulier Vancouver de Lanlore (Toulon x Le Tot de Semilly) ont respectivement pris la 8ème et la 12ème place de l’épreuve.

Kevin Staut pouvait se réjouir de sa victoire, qui confirme sa belle entente avec une jument qui n’a rejoint ses écuries que depuis quelques mois: « L’histoire est belle. C’est Grégory Cottard qui montait la jument auparavant. Il a eu une très bonne saison l’année dernière avec elle et il avait plus de difficultés cette année pour différentes raisons. Avec sa propriétaire, ils ont décidé de me la confier dans le but de la commercialiser. La jument a été très bien assez rapidement car dès le premier concours à Monaco elle a fait un classement et après elle a fait beaucoup de parcours sans-faute dans des Grands Prix difficiles comme Aix-la-Chapelle et Chantilly. Elle a aussi fait un très bon parcours dans la finale des Coupes des Nations à Barcelone. Grégory m’a toujours dit que c’était une jument qui sautait très bien à l’intérieur, qui était presque plus canalisée et plus concentrée et je dois dire qu’il n’avait pas tort. Elle est puissante avec énormément de sang. C’est une énergie qu’il faut canaliser. Elle est très sensible mais dans le bon sens et je pense que tous les chevaux qui font du haut niveau et qui arrivent à gagner ces épreuves ont aussi cette forme de sensibilité donc c’est ce qui va avec cette énergie. Elle est toujours à vendre, mais elle est plus chère (rires) ! Urhelia va sauter à nouveau demain et je monterai Viking dimanche dans le Grand Prix Coupe du Monde. », confiait-il.

Son dauphin Alexis Deroubaix pouvait quant à lui être ravi du retour en forme de son protégé pour le début de la saison indoor : « C’est mon premier indoor de la saison avec le cheval. On a pu bénéficier d’une épreuve de préparation à 1,45m dans le Grand National qu’on a utilisée comme une warm-up. Nous avons été plusieurs Français à faire ce choix et je pense que c’était le bon plan, notamment pour mon cheval qui est assez sensible. J’ai trouvé mon cheval assez relâché au premier tour et encore davantage au barrage. Au barrage, on a vu qu’il y avait beaucoup de fautes sur le numéro deux avec un angle qui n’était pas évident. Je n’ai pas pris beaucoup de risques sur cet enchaînement, je pense que j’ai même fait deux foulées extérieures pour avoir une bonne parabole sur cet obstacle. J’ai pris un peu plus de risques sur la fin même si je pense que j’aurais pu enlever une foulée pour aller sauter le dernier. Deuxième c’est une très belle performance. Je suis très content de mon cheval qui saute très bien. Demain il fera un bon travail sur le plat et dimanche le Grand Prix. L’épreuve d’aujourd’hui était importante, c’est pour ça que j’ai voulu jouer en espérant ne pas le dégrader pour dimanche. Il y a beaucoup de on-dit sur une vente du cheval mais il est toujours à la maison et j’ai des objectifs avec lui. On veut le préserver et viser Genève si c’est possible avant de lui laisser une bonne période de repos. C’est un cheval qui a besoin de sauter pour être dans le coup et qui est bon en indoor. », expliquait-il.

Ce soir, les vingt cavaliers qualifiés lors de ce Longines Grand Prix s’affronteront à l’occasion des Equita Masters. Rendez-vous à 20h30 pour cette épreuve qui promet de nouveaux grands moments de sport !

Résultats complets de l’épreuve 

Photo : Kevin Staut et Urhelia Lutterbach, vainqueurs du Longines Grand Prix au CSIW de Lyon – Crédit photo : PSV J.Morel

 

CSIW de Lyon : Résultats en ligneLive Streaming

CSI4*-W de Lexington (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI4* de Liège (Bel) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Monterrey (Mex) : Résultats en ligne

CSI3* d’Oldenbourg (Ger) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Thermal (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Vilamoura (Por) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Buenos Aires (Arg) : Résultats en ligne

CSI2* de Lier (Bel) : Résultats en ligne

CSI2* d’Oliva (Esp) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Tortona (Ita) : Résultats en ligne

CSI2* de Valencia (Esp) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Wierden (Ned) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI* de Deauville : Résultats en ligneLive Streaming

Grand National de Lyon : Résultats en ligneLive Streaming

Körung du Holstein, Neumünster (Ger) : Catalogue des mâles inscritsLive Streaming

 

Duarte Romao, le plus Normand des Portugais, s’est adjugé hier après-midi le Grand Prix CSI3* de Saint-Lô. Il a devancé le Brésilien Pedro Junqueira Muylaert et Julien Anquetin.

Cinquante couples se sont élancés sur le Grand Prix CSI3* de Saint-Lô dont le parcours avait été concocté par le chef de piste local Jean-Paul Lepetit. L’oxer sur bidet numéro neuf, le triple oxer, deux foulées vertical, une foulée oxer ainsi que l’ultime oxer ont été les obstacles les plus fautifs. Huit couples se sont finalement qualifiés pour le barrage alors que l’Australienne Amy Graham en a été privée pour un point de temps dépassé en compagnie de Coleraine des Bergeries (Canturo x Oberon du Moulin). Rageant également les fautes sur l’ultime obstacle d’Alexandra Ledermann/Requiem de Talma (Cento x Qredo de Paulstra) et de Mathieu Billot/Lord de Muze (Nabab de Reve x For Pleasure) qui ont privé du même coup ces deux couples de finale au chronomètre.

Premier à s’élancer, Cyril Bouvard a d’emblée pris tous les risques avec la qualiteuse Victoria d’Argent (Nabab de Reve x Royal Feu) mais il a été pénalisé d’une faute sur l’ultime obstacle. Derrière lui, la Britannique Louise Saywell a été fautive sur le vertical bleu aux couleurs de Théault avec Jallelah Ol (Chacco Blue x Baloubet du Rouet), tout comme Julien Anquetin, ultra-rapide avec Gravity of Greenhill (Nabab de Reve x Conterno Grande). Comme Cyril Bouvard, Pénélope Leprévost a commis une faute sur le dernier après une mésentente en compagnie de l’étalon Excalibur Dela Tour Vidal (Ugano Sitte x Ogano Sitte). De son côté, le Brésilien Pedro Junqueira Muylaert a assuré le sans-faute avec Prince Royal MFS (Prince de Revel x Ramiro), le cheval qui lui avait donné la victoire dans le Grand Prix CSIO de La Baule.

Favori du barrage après sa victoire dans l’épreuve majeure du vendredi, Edward Levy a cette fois été pénalisé sur l’oxer étroit avant dernier avec l’excellente Rebeca LS (Rebozo La Silla x Cassini I). Sans-faute à l’occasion des trois grosses épreuves avec Galway Bay Jed (Romanov x Lux), Harriet Nuttall a fois laissé le vertical Théault à terre.

Ultime barragiste, Duarte Romao avait alors toutes les cartes en main pour s’imposer. Associé à l’excellent Kzoom Van de Wittemoere (Carabas VD Wateringhoeve x Upsilon van de Heffink), qui évoluait précédemment sous la selle de Kevin Staut, le Portugais, installé au Haras de la Chesnaye près de Deauville, a pris des risques mesurés mais suffisants. Pour onze centièmes, il l’a emporté, signant du même coup la plus belle victoire de sa carrière : « C’était plus facile pour moi car je suis parti en dernier et je savais que seul Pedro était sans-faute. Mon cheval est jeune et a encore peu d’expérience et pour être très honnête je pense que s’il y avait eu beaucoup de sans-faute je n’aurais pas pu être assez rapide pour l’emporter. C’est ma première victoire dans un Grand Prix CSI3* et c’est un grand moment pour moi de gagner ici. Kzoom est un cheval de neuf ans que je monte depuis quatre mois. J’ai eu un peu de mal avec lui au début mais depuis le CSI3* de Deauville il a fait beaucoup de parcours sans-faute. C’est un cheval très respectueux avec beaucoup de moyens. S’il n’est pas vendu, j’aimerais pouvoir participer à quelques coupes des nations avec lui l’année prochaine. », confiait le vainqueur.

Pedro Junqueira Muylaert est passé à un cheveu de la victoire : « Je savais qu’il y avait beaucoup de cavaliers rapides à venir après moi, j’ai un cheval un peu spécial alors j’ai décidé d’assurer le sans-faute en espérant que cela suffirait. Mais Duarte est arrivé et il a été plus rapide ! », souriait le cavalier brésilien, qui se rendra au CSI4* de Liège la semaine prochaine.

Meilleur Tricolore du jour, Julien Anquetin a pris la 3ème place de l’épreuve : « Je n’ai pas eu la même stratégie que Duarte et Pedro. Je passais au début du barrage et comme je savais qu’il y avait des couples rapides après moi j’ai donné tout ce que j’avais mais j’ai malheureusement fait une faute. Malgré cela je suis quand même content d’avoir pu terminer sur le podium. », expliquait le Français.

Classé 3 étoiles durant de nombreuses années, le CSI de Saint-Lô ajoutera l’année prochaine une 4ème étoile à son concours : « Il y aura environ 250 000 € de budget supplémentaire qui passera majoritairement dans l’augmentation de la dotation du concours. Il y a trop de concurrence en CSI3* et en gagnant une étoile supplémentaire nous espérons ainsi attirer davantage de cavaliers étrangers. », confiait le président du concours Jean-Claude Heurtaux. Rendez-vous fin octobre 2020 pour la prochaine édition.

Résultats complets du Grand Prix 

Photo : Duarte Romao et Kzoom van de Wittemoere, vainqueurs du Grand Prix CSI3* de Saint-Lô – Crédit photo : Françoise Langenais

 
 

CSIW d’Helsinki (Fin) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI4* de Samorin (Svk) : Résultats en ligne

CSI4*-W de Washington (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Saint-Lô : Résultats en ligneLive Streaming

CSI3* de Vilamoura (Por) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Kronenberg (Ned) : Résultats en ligne

CSI2* de Michalowice (Pol) : Résultats en ligne

CSI2* d’Opglabbeek (Bel) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI2* de Tryon (Usa) : Résultats en ligneLive Streaming

CSI2* de Valencia (Esp) : Résultats en ligneLive Streaming

Expertise d’étalons du Hanovre : Liste des mâles inscritsLive Streaming

 

Durant deux jours de compétition, cinquante-cinq mâles de trois ans se sont affrontés à Saint-Lô pour tenter de se qualifier pour le testage qui aura lieu en décembre et permettra aux meilleurs d’entre eux d’obtenir leur agrément.

La première journée a sacré Good Pleasure Semilly (For Pleasure x Diamant de Semilly). Ce petit-fils de la grande gagnante internationale Etoupe II ISO 161, très moderne, a su séduire les juges. Il a obtenu la meilleure note du jour aux allures (17,50), de belles moyennes au saut en liberté et au saut monté (17) et a finalement décroché une moyenne finale de 16,82. Sa lignée, très riche en performers internationaux, est entre autres à l’origine de Quinai des Chayottes ISO 172, Alpha D ISO 161, Saphir des Chayottes ISO 159…

Il a devancé Galion de Perhet (Cornet Obolensky x First de Launay), descendant de la même lignée maternelle que le crack Itot du Château mais aussi les grands performers internationaux Grand Cœur A ISO 175, Kire Royal Star ISO 169, Amande du Château ISO 168… Galion a impressionné au saut monté avec une superbe note de 18,75, la meilleure des deux journées de compétition à cet atelier et a terminé la journée avec une moyenne de 16,70.

La troisième place est revenue à Guevara du Theil (Ogrion des Champs x Mr Blue), auteur lui aussi d’une très belle prestation au saut monté (17,75) pour une note finale de 16,47. Seul produit de sa mère, il descend de la même lignée maternelle que les très bons performers Sun Flower du Theil ISO 153, Renata du Theil ISO 148 ou encore Pitchoune du Homet ISO 144.

Pour un centième de point (16,46), Goldeneye Gem (Cicero Z x For Pleasure), a terminé au pied du podium. Très apprécié par les juges au saut en liberté, il a décroché à cet atelier la meilleure note des deux journées de compétition (17,50). Frère utérin des étalons performers internationaux Telstar de la Pomme, Tintin de la Pomme et Twister de la Pomme, c’est un petit-fils de la célèbre Fragance de Chalus, mère entre autres des célèbres étalons performers Mylord Carthago, Norton d’Eole et Bamako de Muze.

Le top cinq a été complété par Gin Tonic de Laume (Contendro x Verdi), frère utérin du Champion de France des quatre ans Caprice de Laume. Auteur d’une belle prestation au saut en liberté (17), il a achevé son concours avec une moyenne de 15,96. Sa souche maternelle est également à l’origine de Gracieuse K ISO 157, Quellia de Mescam ISO 156 ou encore Prince de Cheux ISO 150.

Le lendemain, le titre est revenu à Goubet d’Arvor (Baloubet du Rouet x Quidam de Revel), qui provient de la même souche basse que les célèbres étalons performers internationaux Old Chap Tame ISO 175, Narcos II ISO 166 et Quat’Sous ISO 178. Titulaire d’une moyenne de 16,70, il s’est montré très régulier aux quatre ateliers, obtenant une moyenne de 17 aux allures et au saut monté.

La 2ème place est revenue à Grimsky Semilly (Cornet Obolensky x Diamant de Semily), arrière-petit-fils de Wanda qui a donné les internationaux Quisas Diamant ISO 158 Balalaika de Ligny ISO 143 et Away Semilly ISO 142. Le gris s’est distingué au saut monté, obtenant une moyenne de 17,25 pour une moyenne générale de 16,55.

Le chic Galb Dxb (Cornet Obolensky x Cassini I) a pris la 3ème place. C’est un propre-frère de Zaia di San Giovanni, très bonne gagnante internationale avec Daniel Deusser et un frère utérin de trois descendants de Diamant de Semilly remarqués cette année dans le cycle classique des 6 ans. Auteur d’une très belle prestation au saut monté (17,50), il a achevé la journée avec une moyenne finale de 16,41.

Groovy Semilly (Diamant de Semilly x Heartbreaker) a quant à lui terminé 4ème avec une moyenne générale de 16,39. Fils de la très bonne gagnante internationale Mic Mac du Dieu Demon (O.Desutter) ISO 156, mère de l’étalon perfomer international Rexar du Houssoit et deuxième mère des étalons performers Tic Tac du Seigneur (B.Maher) et Vivaldi du Seigneur, il a été très apprécié des juges au saut monté avec une excellente note de 18,25 pour une note finale de 16,39.

Enfin la 5ème place est revenue à Ginko du Rouet (Vagabond de la Pomme x Ogano Sitte), dont la 2ème mère est la propre sœur de l’étalon Champion Olympique Baloubet du Rouet et la sœur utérine du grand vainqueur international Unadore du Rouet ISO 171. Très remarqué au saut en liberté, il a obtenu une moyenne de 17,25 pour une note finale de 16,16.

A noter également la 6ème place du superbe Ghayyath (Contendro x Kalaska de Semilly) qui a décroché la meilleure note de modèle du concours (16,6) et la meilleure note ex æquo aux allures (17,50)

Classement complet de la première journée

Classement complet de la deuxième journée

Photo : Good Pleasure Semilly, meilleure note du concours - Webstallions