Hier après-midi à La Baule, Simone Blum a réalisé une belle démonstration pour s’adjuger le Grand Prix. Elle a devancé Steve Guerdat et Darragh Kenny. Belle 6ème place pour Olivier Robert, meilleur cavalier français de la journée.

Avec la victoire de la Championne du Monde et la 2ème place du numéro un mondial, le public de La Baule ne pouvait rêver meilleure conclusion pour le CSIO de La Baule !

Hier après-midi, les tribunes étaient combles pour assister à l’épreuve phare du week-end baulois. Tracé par Frédéric Cottier, le parcours semblait gros et difficile à la reconnaissance. Si Eduardo Menezes, en selle sur Quintol (Quintender x Cento) et Olivier Robert, associé à Vangog du Mas Garnier (Cornet Obolensky x Quidam de Revel) partis en début d’épreuve, ont pu laisser penser que l’épreuve était moins délicate que prévue, il n’en a rien été et seuls huit couples parmi les quarante-cinq partants ont trouvé la clé du barrage : « Au numéro sept de l’épreuve, il y avait deux parcours sans-faute et un à un point, mais le scénario n’est jamais écrit au début de l’épreuve. En tant que chef de piste, on ne souhaite pas avoir plus de douze barragistes mais c’est toujours dur de savoir si l’on en aura cinq ou douze. Les huit barragistes étaient tous d’excellents cavaliers qui montaient des chevaux extraordinaires.

Le double vert était difficile car il fallait reprendre les chevaux après la rivière et qu’il n’y avait pas de contraste de couleurs, mais il y a aussi eu beaucoup de fautes sur des obstacles anodins comme le numéro deux par exemple. », expliquait le chef de piste.

Effectivement ce maudit double vertical/oxer situé juste après la rivière a causé la perte de quasiment la moitié des concurrents. L’oxer numéro deux et l’oxer sur bidet numéro sept ont également causé quelques difficultés.

Au barrage, l’ouvreur Eduardo Menezes a laissé à terre la sortie du double et le dernier. Une sortie de double qui a également été fatale au seul cavalier tricolore du barrage, Olivier Robert, alors qu’une faute sur le dernier a privé Grégory Wathelet et Iron Man van de Padenborre (Darco x Chin Chin) de victoire et Doron Kuipers/Charley (Calido I x Askari) de top cinq. Il a fallu attendre le passage de la révélation de ce concours, la jeune Amy Inglis, pour assister au premier double sans-faute de l’épreuve. En selle sur Wishes (Guidam x Wellington), la Britannique n’a pas pris tous les risques mais a réalisé une nouvelle performance remarquée après une formidable Coupe des Nations (0+1).

Favori du public et auteur d’un week-end fantastique avec une victoire dans la Coupe des Nations et l’épreuve majeure du samedi, Steve Guerdat a tout donné avec sa crack Bianca (Balou du Rouet x Cardento). Encore une fois fantastique, le couple s’est emparé de la tête du provisoire avec cinq secondes d’avance sur Inglis, prenant une belle option sur la victoire. Mais la joie du Suisse a été de courte durée puisqu’il a été immédiatement devancé de quarante-neuf centièmes par la Championne du Monde Simone Blum et sa formidable Alice (Askari x Landrebell) impériales pour leur premier CSIO de France.

Dernier à s’élancer, Darragh Kenny, vainqueur de l’épreuve majeure le premier jour, a encore une fois joué sa chance à fond. Très rapide, il a finalement terminé à la troisième place avec Important de Muze (Erco van’t Roosakker x Nabab de Reve), à huit petits centièmes de Steve Guerdat, permettant à Simone Blum de savourer l’ajout d’une nouvelle ligne prestigieuse à son palmarès : « C’est ma première participation au concours de La Baule et je suis très fière d’être ici. C’est un superbe concours, une sorte d’Aix-la-Chapelle en France. Alice a eu une longue pause pendant l’hiver à cause de mon opération. La Baule était son premier concours en herbe cette année et elle était un peu tendue. Elle était assez stressée et un peu à l’œil dans la Coupe des Nations. J’ai décidé en deuxième manche de prendre mon temps pour qu’elle se relâche dans ses sauts et cela m’a servi aujourd’hui.

Le parcours du Grand Prix était difficile et nous avons eu un beau barrage. Je pensais que Steve allait gagner mais j’ai réussi à être plus rapide. Avec Bianca, il forme un couple très rapide et j’ai trouvé qu’il avait fait un barrage parfait. Je me suis concentrée sur ma jument et mon barrage. Alice est une jument rapide avec beaucoup de réflexes et j’ai pris beaucoup de risques sur la combinaison. Elle est arrivée très près de la sortie mais elle est très respectueuse et réactive et elle a réussi à bien la passer, je pense que c’est ce qui m’a permis de gagner aujourd’hui.

Maintenant que je suis Championne du Monde, je ne peux pas dire que j’ai davantage de chevaux à monter mais ce titre me permet d’être invitée dans tous les concours. C’est un réel avantage pour moi car avec un seul cheval de très haut niveau je ne peux pas être assez bien placée dans le classement mondial pour accéder aux CSI5*. J’ai aussi la chance d’être pré-qualifiée pour tous les Grands Prix ce qui est vraiment confortable.

Dans les semaines à venir, je vais participer à un petit concours avec d’autres chevaux en Autriche la semaine prochaine puis j’irai à Munich et Geesteren avec comme objectif plus lointain le CHIO d’Aix-la-Chapelle. », confiait l’amazone allemande.

Si Steve Guerdat semblait un peu déçu de sa deuxième place, il ne pouvait que se réjouir d’un week-end de rêve : « J’ai la joie d’un week-end réussi avec les trois chevaux qui ont fait de belles performances devant un public extraordinaire. Mon seul regret est que le concours ne dure pas dix jours. On aimerait avoir ce type de concours tous les week-ends, avec un super public et une formidable atmosphère.

Aujourd’hui j’ai un peu de déception car cela aurait été magique de finir avec la victoire mais je suis satisfait de la manière dont a sauté la jument.

Quarante-neuf centièmes c’est dur à rattraper. J’ai raté mon virage pour revenir sur le vertical sur bidet, ce qui m’a fait perdre du temps et m’a obligé à refaire une foulée devant le double, je pense que c’est ce qui m’a coûté la victoire.

Je vais aller au CSIO de Rome puis à la maison au CSIO de Saint-Gall et je partirai ensuite au mois de juin à Calgary pour disputer trois CSI. », racontait-il.

A l’issue d’un week-end réussi où près de 20 000 personnes se sont massées dans le stade François-André chaque jour, le CSIO de La Baule a montré qu’il avait encore de beaux jours devant lui. La 60ème édition qui aura lieu en 2020 promet une nouvelle fois de grands moments de sport.

Résultats complets du Grand Prix

Photo : Le Podium du Grand Prix CSIO de La Baule : Steve Guerdat, 2ème, Simone Blum, vainqueur et Darragh Kenny, 3ème – Crédit photo : Longines Jumping Internationale de La Baule - CSIO de France

 

Cet après-midi, Patrice Delaveau a remporté son quatrième Derby de La Baule, entrant un peu plus dans l’histoire du CSIO de France. Olivier Guillon et Marc McAuley ont complété le podium.

Patrice Delaveau ne compte plus les victoires obtenues au CSIO de La Baule ! Vainqueur à trois reprises du Grand Prix, il a ajouté ce samedi une nouvelle ligne à son palmarès en remportant pour la quatrième fois le Derby ! En selle sur Vestale de Mazure (Landor S x Quidam de Revel), avec qui il s'était imposé l'an dernier dans le Derby de Dinard, il a offert un magnifique spectacle au public en signant un sans-faute rapide synonyme de victoire : « Je suis très content d’avoir gagné aujourd’hui, quatre victoires c’est un beau score. Je ne suis pas encore le recordman du Derby puisque c’est Neco qui détient le record avec six succès mais je vais essayer de le battre, c’est un bon challenge !

C’est une épreuve pour laquelle il faut effectuer une préparation spécifique, en poussant un peu plus le travail de galop deux mois avant l’épreuve. Il faut aussi monter un cheval qui aime bien sauter les obstacles naturels.

L’an dernier j’avais trouvé le niveau du Derby assez bas et, cette année, j’ai trouvé que c’était presque un peu fort par rapport à la dotation. Ceci dit, le parcours était très « cheval » et on n’a pas vu de gros scores et de chutes, beaucoup de chevaux sont allés au bout du parcours. En partant en numéro six, je n’avais pas trop de repères. J’ai été assez prudent en fin de parcours car j’ai senti la jument baisser un peu de pied après le triple de droits et je pensais pouvoir être battu, d’ailleurs je n’ai pas été le plus rapide aujourd’hui.

Je voulais vraiment faire une bonne performance dans le Derby car cette année je ne saute ni la Coupe des Nations ni le Grand Prix et je voulais quand même que l’on se souvienne que j’étais venu ! », confiait le vainqueur.

Patrice a devancé son compatriote Olivier Guillon, qui a signé le premier parcours sans-faute de l’épreuve en compagnie du prometteur Andain du Thalie (Calvaro x Quick Star). Le Normand, qui a appris sa sélection pour l’Officiel de France lundi, n’avait pas réalisé de préparation spécifique pour ce Derby mais cela ne l’a pas empêché de réaliser un magnifique parcours.

Plus rapide que le vainqueur, Marc McAuley a dû se contenter de la 3ème place à cause d’une faute sur l’oxer de la Fédération Française d’Equitation. Son cheval, l’expérimenté Miebello (Quite Easy x Cardento), qui a brillé dans les Grands Prix CSI5*, a montré une incroyable facilité à franchir les obstacles naturels. 3ème l’an dernier, Steve Guerdat a lui aussi réalisé un meilleur chronomètre que Patrice Delaveau, mais une faute en toute fin de parcours l’a privé de podium avec Evita (Canturano x Farmer). Lui aussi auteur d’un parcours à quatre points, Jos Verlooy s’est classé 5ème avec Valentine Belmaniere (Norway de la Lande x Timorrak des Isles).

Résultats complets du Derby

Plus tard dans la journée s’est disputée l’ultime épreuve qualificative pour le Grand Prix dominical, le prix Atlantia-Resort Barrière de La Baule. Quatorze couples ont réussi à se qualifier pour le barrage qui a vu la victoire de l’homme en forme du week-end, Steve Guerdat, associé pour l’occasion à Flair (Zirocco Blue VDL x Indoctro). Le Suisse a devancé le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli, en selle sur Edgar M (Arezzo VDL x Marlon) et l’Irlandais Marc McAuley qui montait Valentino Tuiliere (Diamant de Semilly x Silvio I). Seuls ces trois couples ont réalisé un double sans-faute.

La meilleure performance française est à mettre à l’actif d’Edward Levy, victime d’une glissade au barrage qui a causé une faute sur l’ultime obstacle avec Rebeca LS (Rebozo x Cassini I). Le couple s’est emparé de la 6ème place, juste devant le local de l’étape, Pierre-Marie Friant, associé à Urdy d’Astree (Bouffon du Murier x Pamphile)

Résultats complets de l’épreuve

Photo : Patrice Delaveau, vainqueur du Derby de La Baule – Crédit photo : Longines Jumping Internationale de la Baule, CSIO de France

Emmenés pas un Steve Guerdat flamboyant et un impressionnant Niklaus Rutschi, les Suisses se sont imposés dans la Coupe des Nations du CSIO de La Baule. Ils ont devancé d’un cheveu la Belgique et la France.

Huit équipes se sont retrouvées cet après-midi au départ de la traditionnelle Coupe des Nations du CSIO de La Baule, la première comptant pour la première division européenne. Si le Canada et la Grande-Bretagne ont rapidement été distancés, malgré la très belle prestation de la jeune Amy Inglis et Wishes (Guidam x Wellington) pour cette dernière (0+1), nul ne pouvait prédire qui l’emporterait avant la toute fin de l’épreuve.

En tête à l’issue de la première manche avec un total de quatre points, la Belgique et la Suisse se sont disputées la victoire jusqu’au bout, et ce sont finalement les Helvètes qui ont pris le meilleur sur leurs adversaires. Niklaus Rutschi avait bien lancé son équipe avec un double sans-faute en compagnie de l’excellent Cardano CH (Chameur x Apartigene V.Schlösslihof) : « Je rêvais depuis des années de faire La Baule et, à cinquante-trois ans, mon rêve s’est réalisé. Hier, on m’a demandé de partir en premier de l’équipe et je n’en ai pas dormi de la nuit ! Steve et les autres m’ont bien aidé à supporter la pression. Cardano est un crack, c’est lui qui a fait le sans-faute ! Je le monte depuis qu’il est jeune cheval et je pense que c’est un phénomène. Il a été blessé l’an dernier alors je lui ai laissé pas mal de repos. Je pense que notre couple a vraiment de l’avenir et j’ai la chance que son propriétaire me fasse une confiance absolue pour gérer sa carrière. », racontait le cavalier. Si le jeune Bryan Balsiger a laissé deux barres à terre dans chaque manche en compagnie de Clouzot de Lassus (Ugano Sitte x Tenor Manciais), Paul Estermann s’est bien rattrapé de sa faute sur le numéro deux de la première manche en réalisant un beau sans-faute dans la 2ème en compagnie de Lord Pepsi (Lord Pezi x Santander H).

Steve Guerdat devait absolument être sans-faute pour assurer la victoire à son équipe et, comme souvent, le numéro un mondial n’a pas flanché. En selle sur la fantastique mais délicate Bianca (Balou du Rouet x Cardento), il a délivré un superbe double sans-faute, offrant le premier succès de son équipe à La Baule depuis 2009 : « J’étais plus nerveux en première qu’en deuxième manche. Bianca a eu une longue pause après ‘s-Hertogenbosch et elle n’est ressortie que la semaine dernière à Windsor. Cela ne s’est pas bien passé dans le Grand Prix et j’appréhendais un peu sa réaction ici. Sa première manche m’a donné beaucoup de confiance pour la deuxième et la perspective de donner la victoire à mon pays en cas de sans-faute m’a vraiment motivé. Frédéric Cottier a tracé un superbe parcours. Chaque année ici ses parcours sont vraiment bons, toujours dans le sens du cheval avec des solutions. Ce sont des parcours dans lesquels on se bat bien sûr pour le résultat mais que l’on prend plaisir à monter. », confiait le numéro un mondial.

Les Belges ont quant à eux pu compter sur un très beau double sans-faute du couple Niels Bruynseels/Utamaro d’Ecaussines (Diamant de Semilly x Quidam de Revel), seulement formé depuis janvier, et le sans-faute en deuxième manche de Nicola Philippaerts et Chilli Willi (Casall x Lord). En difficulté en première manche après un refus de Claire Z (Clearway x Coronado) sur la rivière, Pieter Devos a bien redressé la barre mais un point de pénalité a passé le score des Belges à 5 points. Dès lors, seul un sans-faute de Grégory Wathelet et Nevados S (Calvados Z x Romualdo) pouvait ouvrir à la Belgique la porte du barrage, mais une faute du couple a fait rétrograder l’équipe de Peter Weinberg à la deuxième place.

L’équipe de France, qui n’a pas à rougir de sa performance, a pris une belle 3ème place avec un total de huit points. Le meilleur résultat a été à mettre à l’actif de Thierry Rozier, auteur d’un magnifique double sans-faute en compagnie de Venezia d’Ecaussinnes (Kashmir van’t Schuttershof x Lys de Darmen) malgré un sursis sur l’oxer numéro huit en deuxième manche : « Je vous ai fait peur à un moment sur un oxer ? », plaisantait l’attachant cavalier de Bois-le-Roi, « C’est la première fois que je monte une Coupe des Nations en France et je suis très content de ce double sans-faute. J’ai demandé à passer en deuxième de l’équipe parce que je regarde deux-trois cavaliers et ça me suffit. Je me suis qualifié pour le Grand Prix mais je ne sais pas encore si je vais courir, cela dépendra de l’état de forme de Venezia. ».

Pour sa première Coupe des Nations à la tête de l’équipe de France, Thierry Pomel pouvait s’avouer satisfait : « J’aurais signé pour cette troisième place avant l’épreuve. C’est toujours difficile de se produire chez soi, c’est plus de pression d’être devant son public. Une faute de moins en première manche nous aurait mis en meilleure posture mais c’est le sport, mes quatre cavaliers ont fait leur travail ! J’ai dit à Thierry très tôt, en janvier, qu’il serait dans l’équipe à La Baule. Je le vois trois-quatre fois par semaine chez lui à Bois-le-Roi et je l’ai vu préparer et travailler sa jument pour cette échéance et il a réussi à l’amener progressivement quand et comme il le fallait. », expliquait-il.

Au total, cinq couples ont réussi un double sans-faute, le dernier étant signé par le Brésilien Pedro Veniss et Quabri de l’Isle (Kannan x Socrate de Chivre) qui ont dominé leur sujet dans le Stade François-André. Malheureusement, une faute de trop des tenants du titre leur a coûté le podium.

Résultats complets de la Coupe des Nations

Demain, les sensations fortes seront assurées dans le Derby, qui sera suivi par la dernière épreuve qualificative pour le Grand Prix dominical.

Photo : L’équipe de Suisse, vainqueur de la Coupe des Nations du CSIO de La Baule - Crédit photo : Longines Jumping Internationale de la Baule, CSIO de France

Pour la première journée de compétition à La Baule, Darragh Kenny s’est distingué en s’imposant dans le prix FFE-Generali. Eric Lamaze et Shane Sweetnam ont complété le podium.

Cet après-midi à La Baule, les cavaliers du CSIO avaient rendez-vous avec la première épreuve majeure du week-end, le prix FFE-Generali (1,50m au chronomètre), première qualificative pour le Grand Prix dominical. Le chef de piste Frédéric Cottier a tracé un parcours délicat puisque seuls douze couples ont réussi un parcours sans-faute dans le temps imparti. Les trois doubles, mais aussi le vertical sur bidet numéro six et le vertical L’Eperon numéro neuf ont été les obstacles les plus fautifs. Ouvreur de l’épreuve, l’Irlandais Darragh Kenny a d’entrée signé un parcours rapide en compagnie de Billy Dorito (Billy Mexico x Vechta) dans un chronomètre de 67’15 qu’aucun des cinquante-sept autres engagés n’est parvenu à améliorer. Eric Lamaze, malgré la perte d’un fer en fin de parcours, s’en est approché à seize centièmes avec Chacco Kid (Chacco Blue x Come On). Shane Sweetnam, installé comme son compatriote Darragh Kenny sur le continent américain, a pris la 3ème place de l’épreuve avec Alejandro (Acorado’s Ass x Continue), juste devant l’un des favoris pour la victoire dans le Grand Prix, l’Américain Kent Farrington, en selle sur sa jument de tête Gazelle (Kashmir van’t Schuttershof x Indoctro).

La meilleure performance Française a été signée par Félicie Bertrand qui, pour son premier CSIO de France, s’est classée 5ème de l’épreuve en compagnie de Sultane des Ibis (Quidam de Revel x Elan de la Cour). Ses compatriotes Emeric George (6ème), en selle sur Chopin des Hayettes (Radco d’Houtveld x Nimmerdor) et Pénélope Léprevost (8ème), associée à Vancouver de Lanlore (Toulon x Le Tot de Semilly) ont également réalisé de beaux parcours sans-faute prometteurs pour la suite de la compétition.

Résultats complets du Prix FFE-Generali

Demain, l’Equipe de France s’élancera en quatrième position dans la première Coupe des Nations de première division européenne de la saison. L’équipe sera composée de Nicolas Delmotte/Ilex VP (Diamant de Semilly x Darco), Thierry Rozier/Venezia d’Ecaussines (Kashmir van’t Schuttershof x Lys de Darmen), Pénélope Leprévost/Vancouver de Lanlore et Alexis Deroubaix/Timon d’Aure (Mylord Carthago x Drakkar des Hutins).

Rendez-vous à 14 heures pour deux manches de haut vol !

Photo : Darragh Kenny, vainqueur du prix FFE-Generali - Webstallions

 

CSIO de La Baule : Résultats en ligne  – Live Streaming 

 

CSI5* de Madrid (Esp) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

CSIO3* de Drammen (Nor) : Résultats en ligne  - Live Streaming

 

CSI3* de Lexington (Usa) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

CSI3* de New York (Usa) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

CSI3* de Nörten-Hardenberg (Ger) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

CSI2* de Balmoral (Irl) : Résultats en ligne

 

CSI2* de Caledon (Can) : Résultats en ligne 

 

CSI2* de Darguziai (Ltu) : Résultats en ligne  – Live Streaming 

 

CSI2* de Lier (Bel) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

CSI2* de Montefalco (Ita) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

CSI2* de Sancourt : Résultats en ligne  

 

CSI2* de San Miguel de Allende (Mex) : Site Internet du concours 

 

CSI2*-W de Sol de Mayo (Arg) : Site Internet du concours 

 

CSI2* de Wiener-Neustadt (Aut) : Résultats en ligne – Live Streaming 

 

Grand National de Tours Pernay : Résultats en ligne – Live Streaming 

 
 

Cette semaine, un grand nombre d’étalons approuvés ont brillé sur les pistes internationales du monde entier. Retour sur leurs plus belles performances.

Dans le Grand Prix CSI5* de Windsor, Christian Ahlmann se classe 8ème avec Take a Chance on Me Z (Taloubet Z x Aldatus Z). C’est un fils de l’excellente gagnante internationale Abba Z et un frère utérin du très bon performer en épreuves à 1,45m Lover Boy Z.

Dans le Grand Prix CSI3* de Maubeuge, Andiamo Semilly (Diamant de Semilly x Muguet du Manoir) s’empare de la 2ème place en compagnie de Pénélope Leprévost. Classé en Grand Prix CSI3* l’an dernier avec Olivier Martin, Andiamo est un frère utérin des très bons performers internationaux Jaffna de Semilly (F. Angot) et Hussah. T.M (N. Pavitt).

A Busto Arsizio, Arko Junior (Arko III x Harras) se classe 6ème du Grand Prix CSI2* avec Thomas Mang. Sa mère Hera P.M.S fut très bonne gagnante en épreuves à 1,60m avec Werner Muff.

Dans le Grand Prix CSI2* de Del Mar, Arthos R (Namelus R x Mermus R) est 5ème avec Richard Spooner. Sa lignée maternelle est à l’origine de nombreux performers internationaux dont U.Adermie 51, M.Adermie 9, The Gruns et Wembley R, tous bons gagnants en épreuves à 1,60m.

A Drammen, Dimitri Z (Diarado x Carthago) se classe 6ème du Grand Prix CSI2* en compagnie de Kim Kristensen. Il fait partie des cinq fils approuvés à ce jour issue de l’excellente Larthago, elle-même très bonne gagnante internationale et mère des étalons Cevin Z, Harley VDL (J.Kürten), Casago (P.Bucci), tous très bons performers internationaux et du jeune Casago II ainsi que des très bons gagnants internationaux Hopes are High Z (K.Offel) et Soren Z.

Au CSI2* d’Opglabbeek, Contendrix (Contendro x Carinjo) se classe 3ème du Grand Prix avec Toni Hassmann. Il est issu de la même lignée maternelle que l’étalon performer international Lord Z (J. Whitaker). La 4ème place revient à Jiqueenturo di Luna (Canturano x Larome), fils de la bonne gagnante en épreuves à 1,45m Luna, en compagnie de Kevin Gielen. Uncas S (Udarco van Overis x Primo des Bruyeres), fils de Krisia, très bonne gagnante en épreuves à 1,60m avec Marc Van Dijk, est 5ème avec Gerard O’Neill.

Photo : Take a Chance on Me Z et Christian Ahlmann – Crédit photo : Claire Simler