Brillants en extérieur à Wellington cet hiver, Mclain Ward et Azur ont confirmé en indoor en signant un championnat parfait. Romain Duguet et Henrik von Eckermann montent sur le podium.

Vainqueur de l’épreuve de chasse jeudi, de la deuxième étape disputée sur un tracé de type Grand Prix vendredi et à nouveau double sans-faute dimanche dans la finale, le couple américain ne pouvait pas faire mieux ! Si ses compatriotes se sont montrés discrets tout au long de cette finale, McLain Ward a enthousiasmé son public et est parvenu à tenir la pression. Il remporte sa première finale de Coupe du Monde après s’être imposé cet hiver dans l’étape Coupe du Monde de Toronto et le Grand Prix CSI5* de Wellington avec sa fantastique Azur (Thunder van de Zuuthoeve x Sir Lui). Ce premier succès du couple dans un championnat pourrait bien ne pas être le dernier tant il a impressionné durant cette semaine.

La surprise de ce championnat vient de la 2ème place de Romain Duguet et de Twentytwo des Biches (Mylord Carthago x Kalor du Bocage). Si le Suisse a montré qu’il pouvait être très performant sur ce circuit, il avait marqué ses gros points avec Quorida de Treho (Kannan x Tolbiac des Forets) qui s’est blessée durant l’hiver. Il a donc choisi de miser sur Twentytwo des Biches, encore inexpérimentée à ce niveau, qui n’avait d’ailleurs disputé qu’une seule étape de Coupe du Monde, à Zürich, cette saison ! La jument a montré toutes ses qualités à Omaha et pris une autre dimension, ne mettant pas la moindre barre à terre en quatre parcours.

Animateur lui aussi du circuit Coupe du Monde avec une victoire à Göteborg, Henrik von Eckermann monte sur la troisième marche du podium avec son excellente Mary Lou 194 (Montendro x Portland L). Le couple, qui s’est formé fin août 2016,  s’entend déjà à merveille et fait sans aucun doute partie des paires à suivre durant la saison extérieure.

Si Martin Fuchs, invité de dernière minute avec Clooney (Cornet Obolensky x Ferragamo), a pris la 4ème place, juste devant Sergio Alvarez Moya et Arrayan (Baloubet du Rouet x Grannus), la sensation est venue du champion d’Europe des jeunes cavaliers en titre Guido Klatte Jr, meilleur Allemand et 6ème du classement final avec Qinghai (Quidam de Revel x Cordalme).

Malgré une belle 8ème place, Steve Guerdat est sans doute le grand déçu de ce championnat. Venu avec l’objectif de remporter sa troisième finale de Coupe du Monde d’affilée, il a échoué à cause de deux fautes durant le championnat avec la formidable Bianca (Balou du Rouet x Cardento).

Du côté des Français,  Kevin Staut, très attendu, a malheureusement commis deux fautes lors de la deuxième épreuve, ce qui l’a ôté toute chance de monter sur un podium avec Reveur de Hurtebise (Kashmir van Schuttershof x Capricieux des Six Censes). Il a terminé sa finale sur une bonne note avec un beau double sans-faute dimanche, comme six autres couples, et se classe 11ème. Simon Delestre est 14ème avec Chadino (Chacco Blue x Narew ps) et Eric Navet, de retour au plus haut niveau après plusieurs années d’absence, est 19ème en compagnie de Catypso (Catoki x Calypso II).

La saison indoor est désormais achevée, les meilleurs cavaliers du monde vont retrouver les pistes extérieures dès ce week-end avec l’étape du Global Champions Tour de Mexico.

Classement de l’épreuve finale

Classement général du Championnat

Photo : Mclain Ward et Azur, vainqueurs de la finale de la Coupe du Monde d’Omaha - Crédit photo FEI

Cette semaine, les cavaliers les plus performants durant l’hiver se retrouvent à Omaha pour disputer la finale de la Coupe du Monde. Steve Guerdat, vainqueur les deux années précédentes, fait partie des favoris, tout comme McLain Ward,  Lorenzo de Luca, Marcus Ehning, Ludger Beerbaum, Gregory Wathelet, Henrik von Eckermann, Laura Kraut ou encore Leopold van Asten. Quatre cavaliers français sont de la partie : Kevin Staut, vainqueur de la ligue d’Europe de l’Ouest, pourrait bien monter sur le podium. Il est accompagné de Simon Delestre, Olivier Robert et Eric Navet.

A suivre également les tournées d’Arezzo, Cagnes-sur-Mer, Oliva, San Giovanni in Marignano, Vilamoura et Wellington, les CSI2* de Bonheiden, Kronenberg et du Mans ainsi que la présentation des étalons VDL aux Pays-Bas.

Finale Coupe du Monde d’Omaha (Usa) : Résultats en ligne - Live Streaming

CSI4* de Wellington (Usa) : Résultats en ligne  – Live Streaming

CSI3* d’Arezzo (Ita) : Résultats en ligne  – Live Streaming

CSI3* d’Oliva (Esp) : Résultats en ligne  – Live Streaming 

CSI3* de San Giovanni in Marignano (Ita) : Résultats en ligne  – Live Streaming

CSI3* de Vilamoura (Por) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI2* de Bonheiden (Bel) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI2* de Cagnes-sur-Mer : Résultats en ligne  – Live Streaming

CSI2* de Kronenberg (Ned) : Résultats en ligne

CSI2* du Mans : Résultats en ligne

Présentation des étalons de VDL Stud : Live Streaming

Ce week-end, seul Wellington propose un CSI5*. Beezie Madden, Laura Kraut, Meredith Michaels-Beerbaum, Luciana Diniz, Ben Maher, Lucy Davis, Abdel Said ou encore Rodrigo Pessoa sont présents.

Les tournées débutent ou se poursuivent à Arezzo, Cagnes-sur-Mer, Mijas, Oliva, San Giovanni in Marignano et Vilamoura. A suivre également les CSI2* de Bonheiden, Järvenpää et Lier.

CSI5* de Wellington (Usa) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI3* d’Arezzo (Ita) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI3* de Mijas (Esp) : Résultats en ligne  – Live Streaming

CSI3* de San Giovanni in Marignano (Ita) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI3* de Vilamoura (Por) : Résultats en ligne  – Live Streaming

CSI2* de Bonheiden (Bel) : Résultats en ligne

CSI2* de Cagnes-sur-Mer : Résultats en ligne - Live Streaming

CSI2* de Järvenpää (Fin) : Résultats en ligne – Live Streaming

CSI2* de Lier (Bel) : Résultats en ligne

CSI2* d’Oliva (Esp) : Résultats en ligne  – Live Streaming

 

La dernière phase de l’expertise du BWP, organisée à Meerdonk, a vu pas moins de quarante-et-un mâles décrocher leur approbation.

Ils sont trente-sept approuvés dans la catégorie « obstacle » et quatre dans la catégorie « dressage ». Le titre de champion revient à O’Neill van’t Eigenlo (Vigo d’Arsouilles x Montender), frère utérin de Jasmijn van’t Eigenlo, bon gagnant en épreuves à 1,45m et neveu de la bonne gagnante internationale Fioretta Van’t Eigenlo. Il devance Oxford van de Middelstede (Bisquet Balou van de Mispelaere x Azur de Paulstra), frère utérin de Domino, grand gagnant en CSIO et CSI5* avec Jos Verlooy et est issu de la même lignée maternelle que l’olympique Grand Cru van de Rozenberg. La troisième place revient à Origi d’O (Diamant de Semilly x Toulon), neveu de l’étalon performer Hos d’O. Il provient de la même souche basse que les grands performers internationaux Quismy des Vaux et Prince des Vaux.

Les étalons les plus représentés sont Darco, Diamant de Semilly, Thunder van de Zuuthoeve et Vigo d’Arsouilles avec chacun trois fils admis. Deux fils de Bisquet Balou van de Mispelaere sont approuvés.

Du côté des lignées maternelles, on retrouve un petit-fils de l’excellente Electra van’t Roosakker, et des mâles issus des mêmes souches basses que Mylord Carthago, Echo van’t Spieveld, Diarado…

Si la majorité des chevaux présentés étaient âgés de trois ans, quelques étalons confirmés ont également été admis, à l’image du grand performer international Untouchable 27 (Hors la Loi II x Heartbreaker) et du champion du Monde des 7 ans Mjt Nevados S (Calvados Z x Romualdo).

Scénario incroyable à Paris où seuls trois couples ont réussi à se qualifier pour le barrage. Edwina Tops- Alexander a été couronnée avec California, devant Pénélope Leprévost qui passe à un cheveu de la victoire en  compagnie de Vagabond de la Pomme.

Treize abandons, un éliminé et pas moins de vingt-quatre des quarante-sept couples au départ à plus de huit points, le moins que l’on puisse dire c’est que le Grand Prix Hermès a fait souffrir les cavaliers et chevaux au départ. Les deux principales difficultés ont été le triple numéro dix, duquel de nombreux cavaliers ont eu du mal à sortir mais surtout le joker de l’épreuve, l’oxer sur bidet placé en numéro douze, quatre foulées courtes après le double, que pas moins de vingt-cinq couples n’ayant pas jeté l’éponge jusque-là ont mis à terre : « C’est l’un des gros cinq étoiles de l’année. Il y a beaucoup d’argent alors les cavaliers doivent s’attendre à des difficultés en venant ici. Je ne veux pas avoir quinze barragistes sinon cela devient ennuyeux pour le public. Si j’avais refait le parcours, peut-être que j’aurais changé l’avant-dernier obstacle et éventuellement la configuration du triple, mais à ce moment-là il y aurait probablement eu trop de parcours sans-faute.», déclaré le chef de piste Frank Rothenberger.

La performance des trois qualifiés pour le barrage n’en est que plus belle. Bertram Allen, malgré quelques sursis en compagnie de Molly Malone V (Kannan x Cavalier), est le premier à se sortir sans-faute du Grand Prix. Passé en numéro onze, il peut espérer s’imposer sans disputer de barrage puisqu’après quarante cavaliers il est toujours le seul qualifié. Malheureusement pour lui, deux femmes l’obligent à se remettre en selle : Pénélope Leprévost, qui signe un fantastique parcours avec l’étalon Vagabond de la Pomme (Vigo d’Arsouilles x For Pleasure) alors qu’Edwina Tops-Alexander, dernière à s’élancer, brille en compagnie de California (L’Esprit x Libero H). Plus rapide des parcours à quatre points, Ludger Beerbaum est 4ème avec Chiara 222 (Contender x Coronado), juste devant son compatriote Christian Ahlmann, qui montait Caribis Z (Caritano x Canabis Z).

Ouvreur et favori du barrage, Bertram Allen prend tous les risques avec Molly Malone V mais il commet malheureusement une faute sur l’avant-dernier obstacle. De son côté, Pénélope Leprévost joue le jeu sans se mettre dans le rouge. Plus lente que Bertram Allen, elle reste sans-faute et prend la tête au classement provisoire. Edwina Tops-Alexander sait ce qu’il lui reste à faire. Elle semble adopter le même tempo que la cavalière française, le duel promet d’être serré. L’Australienne franchit finalement la ligne d’arrivée en 41’36, soit huit centièmes de mieux que Leprévost. Huit petits centièmes qui font la différence puisqu’ils permettent à Edwina Tops-Alexander de signer son premier succès dans un Grand Prix cinq étoiles avec California qu’elle ne monte que depuis quelques mois : « Je suis très contente, je ne pensais pas être plus rapide, j’ai été surprise en regardant le tableau d’affichage. C’est un grand honneur de venir ici, dans ce cadre si particulier que l’on ne trouve dans aucun autre concours. Habituellement je n’aime pas partir en dernière position dans un Grand Prix mais ici cela m’a laissé le temps de bien regarder l’épreuve et de voir comment il fallait monter. Au barrage c’était un avantage d’être la dernière car je savais exactement ce que je devais faire pour l’emporter. », confiait la cavalière australienne.

Si le Grand Prix Hermès échappe une nouvelle fois à la France, Pénélope Leprévost prend une très belle 2ème place : « Je suis vraiment ravie, d’autant que cela faisait quelques mois que je faisais moins de parcours sans-faute. Mon cheval va très bien, il avait déjà très bien sauté la semaine dernière. Pour moi le premier tour était un super moment, mon cheval a dominé son sujet. Si on ne regarde que son parcours on ne pense pas que le Grand Prix était difficile. Au barrage, j’hésitais à faire une foulée de moins sur le dernier obstacle. Je l’aurais probablement fait si Bertram avait été sans-faute mais j’ai finalement opté pour six foulées, c’est peut-être là que j’ai perdu le Grand Prix. », déclarait l’amazone tricolore.

Seul homme au barrage, Bertram Allen est troisième : « Après mon passage, j’ai pensé qu’il y aurait d’autres parcours sans-faute et puis après vingt, trente, quarante passages il n’y en avait toujours pas alors j’ai espéré qu’il n’y aurait pas de barrage. Au barrage j’ai monté pour gagner. Parfois quand on essaye on se dit qu’on n’aurait pas dû faire quelque chose mais ici ce n’était pas le cas. Toutes les distances sont bien venues, je crois que j’ai juste manqué de chance. », expliquait Allen.

La saison indoor touche à sa fin. La finale Coupe du Monde d’Omaha, qui a lieu dans dix jours,  sera l’ultime rendez-vous pour les meilleurs cavaliers de la planète.

Résultats complets du Grand Prix

Photo : Edwina Tops-Alexander et California, vainqueurs du Grand Prix Hermès – Claire Simler

 

A l’issue d’un match disputé, le Saut Hermès est revenu à l’équipe composée de la Suédoise Petronella Andersson et de l’Allemand Christian Ahlmann.

Traditionnellement courue le samedi après-midi, l’épreuve du Saut Hermès (1,60m) regroupe dix équipes, chacune composée d’un cavalier et d’une cavalière ayant obtenu leur qualification dans l’épreuve majeure de la veille.

La première manche, dont le tracé était globalement assez aéré, s’ouvre par le double sans-faute de la première paire engagée, composée de Pénélope Leprévost/Ratina d’la Rousserie (Quaprice Bois Margot x Apache d’Adriers) et Rolf-Göran Bengtsson/Clarimo (Clearway x Caletto II). Les deux combinaisons suivantes, à savoir Petronella Andersson/Ivoor van’t Paradijs (Quadrillo x Indoctro) et Christian Ahlmann/Colorit (Coriano x Capitol I) mais également Margaux Bost/As de Papignies (Kashmir van Schuttershof x Ahorn Z) et Daniel Deusser/Clintop 2 (Clinton I x Calvaro) sortent eux aussi de piste avec des parcours parfaits.

Quatre équipes entament la deuxième manche avec un score vierge alors que quatre autres totalisent seulement quatre points et peuvent encore espérer l’emporter.

La deuxième manche, disputée au chronomètre, pousse les cavaliers à la faute. Fautive en première manche, la Finlandaise Juulia Jyläs est cette fois sans-faute en compagnie de Courage T Z (Calvino Z x Espri). Son coéquipier Olivier Philippaerts signe un superbe sans-faute doublé d’un excellent chronomètre avec l’excellente Legend of Love (Landzauber x Corgraf), ce qui permet à l’équipe de remonter au classement général. Favoris de l’épreuve, Edwina Tops-Alexander/California (L’Esprit x Libero H) et Patrice Delaveau/Lacrimoso (Landjunge x Cascavelle), tous deux sans-faute en première manche, laissent cette fois chacun une barre à terre, le vertical blanc numéro onze pour l’Australienne et l’avant-dernier pour le Français et doivent se contenter de la 6ème place finale.

De son côté, Petronella Andersson fait tomber l’ultime obstacle, mais son coéquipier Christian Ahlmann est à nouveau sans-faute, qui plus est dans un chronomètre rapide, laissant à la combinaison une réelle chance de succès. Quatre points également pour Margaux Bost et As de Papignies, rattrapés par le sans-faute de Daniel Deusser et Clintop 2. La paire franco-allemande est néanmoins plus lente qu’Andersson et Ahlmann.

Une seule équipe peut encore espérer l’emporter. Pénélope Leprévost, associée à Ratina d’la Rousserie, choisit d’assurer un parcours sans-faute et elle y parvient avec brio. Son partenaire du jour Rolf-Göran Bengtsson prend lui aussi son temps pour essayer de réaliser le seul double sans-faute du jour synonyme de victoire. Malheureusement Clarimo est fautif sur l’oxer numéro trois, repoussant l’équipe au pied du podium.

Souvent en haut de l’affiche ces derniers mois, Christian Ahlmann est à nouveau vainqueur, un succès qu’il partage avec la cavalière des écuries Stephex Petronella Andersson.

Résultats complets du Saut Hermès

Plus tôt dans la journée, le prix GL Events (1,50m) est revenu à Julien Epaillard et Cristallo A (Casall x Corofino). Le cavalier tricolore devance Daniel Deusser/Equita van’t Zorgvliet (Cassini I x Darco) et son compatriote Simon Delestre qui montait Ryan des Hayettes (Hugo Gesmeray x Ryon d’Anzex), de retour au meilleur de sa forme.

Résultats complets du prix GL Events

Demain, tous les compteurs seront remis à zéro pour l’épreuve majeure du week-end, le Grand Prix Hermès, qui débutera à 15 heures 30.

Photos : Christian Ahlmann/Colorit, vainqueurs du Saut Hermès avec Petronella Andersson/Ivoor van’t Paradijs– Claire Simler